L’Audi AI:ME est une Volkswagen I.D. de haut vol

181

Au Salon de Shanghai, dont les portes s’ouvrent cette semaine, Audi présente son second cobaye autonome : la AI:ME. La compacte électrique incarne la succession technologique de la AIcon présentée en 2017, mais partage ses fondamentaux techniques avec l’I.D. des cousins de Wolfsburg.

Au Salon de Shanghai, à côté de Volkswagen qui présente son SUV I.D. Roomzz, Audi tente d’attirer les photographes avec son étude de style AI:ME. Une compacte incarnant la vision d’Audi de la mobilité urbaine. Son design cab forward – comprenez son look de monovolume – ne cache pas qu’il s’agit d’une nouvelle déclinaison de la Volkswagen I.D. en de Seat el-Born. L’AI:ME bénéficie donc également de la plateforme modulaire MEB, du moteur électrique de 170 ch sur l’essieu arrière et de l’accu de 65 kWh. Un copy/paste classique, penserez-vous… mais rien n’est moins vrai.

La AI:ME, plus longue et plus large que l’I.D., veut être la prouesse technologique du trio VAG. Grâce à l’ajout de l’intelligence artificielle et de la faculté d’apprentissage, l’Audi n’est pas seulement autonome et confortable, elle est aussi équipée d’un combiné d’info-divertissement commandé via tracking de l’œil, via la voix ou encore via les champs tactiles des contre-portes.

Audi fait par ailleurs grand cas de la configuration 2+X de l’habitacle, offrant de multiples configurations, ainsi que des écrans OLED parcourant toute la largeur de la planche de bord.

AI:ME a été développée dans l’idée de devenir une citadine autonome de niveau 4, l’avant-dernier niveau de la conduite autonome. Ceci implique qu’il n’y a que dans quelques situations spécifiques que le conducteur entre en action. Le reste du temps volant et pédales sont remplacés par des repose-pieds. Et tant qu’on y est, Audi a également jugé bon d’intégrer des plantes dans sa citadine, histoire peut-être de recoller les morceaux avec Dame Nature.

Certaines marques vont très loin en ce qui concerne la construction de leur image verte…