Les fans belges de sport automobile de (très) haut niveau ont de la chance : ils auront eu deux fois l’occasion de voir en action les voitures de course les plus rapides du monde après les Formule 1. Pour ceux qui auraient raté les 6 Heures 2018, c’est mieux qu’une séance de rattrapage qui les attend ce week-end entre le Raidillon et le Double Gauche, en attendant les 24 Heures du Mans qui clôtureront le championnat WEC.

Il reste deux manches à disputer pour le championnat du monde d’endurance, mieux connu sous l’acronyme WEC. Pour la première fois, ce championnat s’est déroulé à cheval sur deux années (2018 et 2019), et à chaque fois, les 6 Heures de Spa-Francorchamps ont servi de répétition générale avant les 24 Heures du Mans qui constituent le sommet de la saison. L’an dernier, il s’agissait de jauger les forces en présence, cette fois, c’est bien le sprint final qui est engagé.

Pour la victoire au classement général, les Toyota partent archi-favorites, mais la bataille entre ses deux équipages n’est pas encore décidée. D’un côté, Fernando Alonso, Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi, de l’autre Jose-Maria Lopez, Kamui Kobayashi et Mike Conway. Quinze points les séparent à deux manches de la fin de la saison, et ces six gaillards ne se feront pas de cadeau. A Spa, s’il arrivait la moindre contrariété à l’un de ces deux équipages vedettes, un pilote belge pourrait bien tirer son épingle du jeu. Stoffel Vandoorne remplace en effet Jenson Button dans l’équipe russe SMP Racing, une équipe qui dispute aux suisses de Rebellion Racing le titre d’outsider numéro 1 de Toyota. Et si Vandoorne réussissait une spectaculaire reconversion en prototypes ? Début de réponse ce week-end à Francorchamps.

L’autre pilote belge engagé est pilote d’usine dans la catégorie la plus disputée : le GTE Pro. En l’absence de Laurens Vanthoor (Porsche), qui a remporté la catégorie GTE Pro aux 24 Heures du Mans 2018 mais dont le programme est surtout axé sur les courses nord-américaines cette année, Maxime Martin va tenter le maximum au volant de son Aston-Martin pour se rapprocher du podium de la catégorie. La voiture en est capable, puisqu’elle a remporté le GTE Pro aux 6 Heures de Shanghai 2018. Mais les Porsche, Ford, BMW et Ferrari ne lui dérouleront pas le tapis rouge, c’est certain.

Le spectateur neutre aurait aussi tort de négliger la bataille dans la catégorie LMP2. Les deux équipes de pointe (Jackie Chan DC Racing et Signatech Alpine) s’y tiennent en 5 points, avec des pilotes ex-F1 de la trempe de Pastor Maldonado, Jean-Eric Vergne ou Anthony Davidson pour mettre le feu aux poudres. Il y aura, à coup sûr, de la bagarre dans les Combes !

Dernière précision : la course se déroule le samedi à partir de 13h00… et le prix des billets, qui comprend l’accès au paddock, aux pit walks et aux tribunes, est (très) nettement inférieur à ce que demande la F1. Avis aux (vrais) amateurs ! Et pour ceux qui ne pourront pas se rendre dans les Ardennes, Autobuzz couvrira les essais et la course…