WEC Spa : Toyota dans la douleur, les Belges en pointe

221

Il n’y a pas eu de réelle surprise au terme des Total 6 Heures de Spa : c’est bien une Toyota qui s’est imposée, mais la marque japonaise n’a pas eu la tâche facile à cause de conditions climatiques jamais vues.

La course n’avait débuté que depuis deux tours lorsque la première averse de grésil est tombée sur Francorchamps. Huit tours plus tard, le grésil s’était transformé en neige fondante, la température de l’air était tombée à 1 degré et la direction de course décidait de faire sortir la Safety Car. Voilà dans quelles conditions les pilotes ont dû disputer ces Total 6 Heures de Spa… Dans la catégorie-reine, aucun équipage n’en est sorti indemne, et c’est la Toyota #8 d’Alonso, Nakajima et Buemi qui a le mieux navigué entre les gouttes. Sa seule alerte fut un tête-à-queue de Fernando Alonso dans le virage de Pouhon, sans touchette heureusement. Ce sont donc les leaders au championnat pilotes qui ont remporté l’avant-dernière manche du championnat, profitant en outre des déboires de l‘autre équipage Toyota pour augmenter leur avance à 31 points. La Toyota #8 de Kobayashi, Lopez et Conway a en effet perdu quatre tours lors de la troisième heure de course à cause d’un capteur du système hybride. Elle ne termine que 6e, derrière quatre LMP1 non hybrides donc.

Grande dis’ pour Stoffel Vandoorne

Cela signife que les deux Rebellion et les deux BR ont tourné (presque) comme des horloges. Finalement, c’est la Rebellion #3 de Laurent, Berthon et Menezes qui a conservé une courte avance sur la BR de Aleshin, Petrov et Vandoorne. Notre compatriote termine donc sur le podium de sa toute première course en endiurance, et ce n’est que justice : Stoffel a été époustouflant lors de son premier relais, se montrant plus rapide que Stéphane Sarrazin (le pilote de pointe de l’autre BR) et pointant même en tête de la course au 30e tour. Sa seule petite erreur fut un excès de vitesse lors d’une période de neutralisation, juste avant de repasser le volant à son équipier Vitali Petrov qui a donc écopé d’un drive through. Sans cela, la # pouvait largement terminer deuxième, mais Vandoorne a assurément réussi son baptême de piste en endurance et on se réjouit déjà de le voir à l’oeuvre aux 24 Heures du Mans en juin.

Maxime Martin enfin vainqueur

Les autres catégories ont été superbement disputées jusqu’au bout. En LMP2, c’est l’Oreca Dragonspeed #31 qui a émergé en fin de course, grâce notamment à un magnifique dernier relais de l’ancien pilote de F1 Pastor Maldonado.  Le podium est complété par l’Aurus #26 du G-Drive Racing (Aurus, c’est cette nouvelle marque russe de voitures de luxe qui a fait ses débuts a dernier Salon de Genève) et l’Alpine #36. Le perdant du week-end est l’équipe Jackie Chan DC Racing qui ne classe ses deux voitures que 4e et 7e.

C’est une Porsche qui remporte la catégorie GTE Am, mais les supporters belges ont eu une deuxième raison de se réjouir avec la victoire de l’Aston-Martin #97 en GTE Pro. Tant Alexander Lynn que Maxime Martin ont totalement dominé leur sujet ce week-end. Deuxième des essais, c’est Martin qui avait pris le départ et qui s’était hissé en tête de la catégorie au 31e tour. Entre la deuxième et la quatrième heure (soit le seul moment où il n’a pas plu), le Belge s’est battu à coups de dixièmes de seconde avec la Porsche et la Ferrari de pointe. Lorsque Lynn a repris le volant, on a assisté à un regroupement spectaculaire puisqu’au gré des périodes de Safety Cars, les huit premières voitures se sont retrouvées en moins de 30 secondes. Maxime Martin a repris le volant pour le dernier relais et a réussi à se construire une avance d’une dizaine de secondes… jusqu’à ce que la Safety Car ne vienne une dernière fois resserrer les positions.

#97 ASTON MARTIN RACING / GBR / Aston Martin Vantage AMR – Total 6h of Spa Francorchamps – Circuit Spa Francorchamps – Stavelot – Belgium –

A quinze minutes de l’arrivée, la Safety Car est rentrée, laissant Martin s’expliquer avec Jaime Calado sur la Ferrari #51. Calado a bien tenté de mettre la pression, mais Martin a résisté et a finalement été sauvé par le drapeau rouge agité à 10 minutes de l’arrivée : une nouvelle (et violente) averse de neige tombait sur le circuit ! Pour Aston-Martin, c’est la deuxième victoire de la saison après celle engrangée lors des 6 Heures de Shanghai, mais c’est surtout un signal extrêmement positif avant les 24 Heures du Mans qui clôtureront cette ‘super-season’ de championnat WEC. Des 24 Heures du Mans qu’Autobuzz espère vous faire vivre sur place…

Photos : WEC.com/AdrenalMedia