24 Heures du Mans : les Belges en verve

1057

La Belgique ne compte peut-être que trois représentants aux 24 Heures du Mans, mais ils savent faire parler d’eux. A l’issue des essais, la petite colonie ‘noir-jaune-rouge’ peut se montrer ambitieuse.

BR 1 #11 Vandoorne / Petrov / Aleshin

Commençons par Stoffel Vandoorne, qui est en train de s’établir en un temps record comme une valeur sûre de l’endurance. Déjà, aux 6 Heures de Spa, il avait montré une belle capacité d’adaptation à sa nouvelle voiture. Il y a dix jours, lors des essais pré-qualificatifs, il établissait le record de vitesse dans la ligne droite des Hunaudières. Ce record n’a aucune signification réelle, certes, mais le Belge se montre maintenant régulièrement aussi, si pas plus rapide que ses deux coéquipiers russes sur la BR #11. Il a d’ailleurs récidivé lors des essais libres de ce mercredi après-midi en s’emparant du meilleur temps absolu en 3’19’’931, avant qu’une des deux Toyota (la #8 d’Alonso & Co) ne remette les pendules à l’heure. Ces temps étaient encore assez éloignés de la pole de l’an dernier, mais une chose est sûre : Vandoorne a apprivoisé le circuit du Mans, et il pourrait bien décrocher le titre (honorifique, certes, mais tout de même) de Rookie of the Year, c’est-à-dire du pilote le plus rapide aux essais parmi les débutants aux 24 Heures. La #11 s’est finalement qualifiée en 5e position, mais à 1’’1 seulement de la pole position. C’est dire si les BR russes (un peu aidées par les adaptations du règlement il est vrai) ont progressé par rapport à l’an dernier, gagnant trois secondes au tour. Pour Stoffel Vandoorne, une place sur le podium est tout à fait possible, et si les Toyota connaissent le moindre problème, qui sait…

Porsche 911 #92 Vanthoor/ Estre / Christensen

Laurens Vanthoor (photo) a aussi déjà fait parler la poudre. Il vise clairement le doublé après sa victoire en catégorie GTE Pro en 2018, et il a déjà marqué son territoire aux essais libres en établissant le meilleur temps de la catégorie GTE Pro avec sa Porsche. En qualif’, c’est Michael Christensen qui a d’abord placé la #92 en 3e position de la catégorie avec un 3’50’’468, amélioré en 3’49’’146 lors de la dernière séance. D’autres équipages ont cependant fait parler la poudre, et c’est en 3’48’000 que la Ford GT la plus rapide a gagné e droit de partir en pole position de la catégorie. Cependant, toutes les 17 voitures se tiennent de très près en GTE Pro, et c’est entre autres de l’homogénéité des équipages que dépendra la victoire.

Aston-Martin Vantage #97 Martin / Lynn / Adam

On peut tenir le même raisonnement pour Maxime Martin. Sur son Aston-Martin Vantage #97, il a été un peu plus en retrait depuis le début de la semaine, mais en très gros progrès depuis l’an dernier. Aux essais libres, l’équipage de la #97 n’a pu faire mieux que 11e de catégorie sur 17, mais à une seconde et demi seulement du meilleur temps de Vanthoor. En qualification, la #97 a réalisé le 15e temps seulement, mais la voiture-sœur #95 est en pole. Quelle différence avec l’an dernier, lorsque les nouvelles Aston-Martin ne parvenaient même pas à se défaire du peloton des GTE Am ! Ici aussi, le Belge pourra jouer le podium de la catégorie, voire la victoire, si tout se passe sans embûche.