24 Heures du Mans H+9 : Stoffel Vandoorne en embuscade

1852

Après neuf heures de course, rien n’est encore venu troubler la sérénité du clan Toyota. Après un début de course dominé par la #7, la #8 a brièvement occupé la tête de la course avant que la #7 ne reprenne son bien… avec une avance minime. Du côté belge, les trois pilotes sont toujours en course, et deux places sur le podium sont toujours possibles.

Conway, Kobayashi en Lopez contre Buemi, Nakajima et Alonso. La bataille entre les deux équipages Toyota a bien lieu, et puisque le constructeur japonais n’a plus de souci à se faire pour le championnat constructeurs, ce sont vraiment les pilotes qui vont décider de l’issue de ces 24 Heures du Mans… si aucun problème technique ne vient jeter son grain de sel. Rappelez-vous les 6 Heures de Spa : les Toyota hybrides ne sont pas à l’abri d’un problème technique. Derrière les deux voitures japonaises, la situation s’est un peu décantée : dans le clan Rebellion, après l’écrou de roue cassé sur la #1, c’est la #3 qui a perdu un tour suite à un tête-à-queue de Thomas Laurent dans les Hunaudières, au moment où une fine pluie commençait à tomber sur le circuit. Résultat : les deux Rebellion sont 5e et 6e à deux et quatre tours. Par contre, chez SMP Racing, tout va bien : la #17 et la #11 tournent maintenant aussi vite que les Toyota et peuvent profiter du moindre problème de leurs adversaires. Stoffel Vandoorne a effectué un excellent deuxième relais, et sa voiture occupe actuellement la quatrième place.

Vanthoor en lice pour la victoire en GTE Pro

Comme prévu, la bataille en GTE PRO est somptueuse. Après neuf heures de course, sept voitures se tiennent toujours en moins d’une minute, mais le duel est absolument passionnant entre la Porsche #92 de Vanthoor, Estre et Christensen et la Ferrari #51 de Pierguidi, Calado et Serra. L’écart entre les deux leaders n’est que d’une seconde, et ils s’échangent leurs positions au gré de dépassements magnifiques ou d’un arrêt au stand plus efficace. Juste avant minuit, c’est la Ferrari qui est repassée en tête… C’est aussi dans cette catégorie que l’on a dû déplorer le premier abandon quand la Corvette #64 a été poussée dans le mur par une Porsche de la catégorie GTE Am.

Par contre, la méforme des Aston-Martin se confirme. Les Vantage #95 et #97 naviguent en 12 et 13e position dans la catégorie et semblent incapables de hausser le rythme. Maxime Martin doit donc ronger son frein comme l’an dernier, d’autant plus que son coéquipier Alexander Lynn est légèrement sorti de la route à la sortie des virages Porsche, ce qui fait perdre au moins deux tours à la #97. Et vu le très faible nombre d’abandons et le grand nombre de voitures d’usine, on ne voit pas comment le Brabançon pourrait envisager un résultat de choix cette année au Mans.

Faisons enfin le point sur les autres catégories : en LMP2, la bataille se concentre sur le duel entre l’Alpine #326 et l’Aurus #26, en fait deux châssis Oreca 07 rebadgés du nom de la sportive française et de la nouvelle voiture de prestige russe. C’est un peu artificiel comme procédé, mais les pilotes n’en ont cure et régalent le public par des dépassements ‘à la limite’ et un écart qui ne dépasse pas les dix secondes. Enfin, la Ford GT #85 du Keating Motorsport commence à prendre l’ascendant sur ses rivales en GTE Am, mais la course est encore longue, et la nuit du Mans recèle toujours quelques surprises !