Essai Renault Twingo : Le monde à l’envers ?

6564

1P7B6430

En 1993, Renault créait un véritable séisme sur le marché automobile : la Twingo. Un petit véhicule, pratique et ludique. La citadine par excellence dotée d’un charisme sympathique. La seconde génération s’est distinguée par un plus grand consensualisme mais a conservé certains atouts. Tabula rasa pour la troisième génération.

Quoi de 9 ?

Et bien tout, ou presque ! Avant tout, sachez que cette Twingo est issue d’un partenariat avec le groupe Daimler. Les nouvelles Twingo et Smart sont sœurs. Par conséquent, certains des gènes de Smart se sont immiscés dans l’ADN de la Twingo. Ainsi, le moteur file à l’arrière, sous le plancher du coffre, et actionne les roues arrière. L’ex-compartiment moteur n’est qu’un local technique contenant batterie, fluides et système de refroidissement… Et quand on s’interroge sur l’opportunité d’y aménager un coffre, les ingénieurs Renault avancent la protection des piétons : capot en plastique et 15 cm de « vide » derrière la face avant. La nouvelle Twingo, avec ses quatre airbags, les prétensionneurs de ceintures, l’alerte de franchissement de ligne, l’ABS avec assistance au freinage d’urgence et le contrôle de la pression de pneus affiche quatre étoiles Euro NCAP.

Citadine jusqu’au bout des jantes

1P7B4595Les ingénieurs Renault ont tout donné pour en faire la reine des parkings, des trottoirs et du trafic. Comptant 3,59 mètres, cette troisième Twingo mesure 10 cm de moins que la précédente, mais propose 33 cm de plus à l’intérieur et un empattement plus long de 12 cm. A l’opposé, la modularité fléchit : terminé pour la banquette arrière coulissante offrant de favoriser tantôt les places arrière, tantôt le coffre. L’assise est fixe, mais le dossier s’incline pour augmenter le volume du coffre ou se rabat pour offrir un plancher plat. Selon la configuration, le volume utile développe 188, 219 et 980 dm³. Lorsque le dossier du siège avant est rabattu, la longueur de charge atteint 2,31 mètres. Pour des adultes, l’espace aux genoux à l’arrière est très limitée, alors que la garde au toit suffit, pour autant que l’on n’opte pas pour l’agréable toit ouvrant panoramique en toile. En dégageant l’espace avant d’une grande part de sa mécanique Renault a décuplé l’angle de braquage des roues à 45 degrés, de quoi offrir un rayon de braquage de toupie (4,3 mètres).

Contemporaine

1P7B4548
L’habitacle est plutôt mignon et pratique, même si certains essentiels comme le compte-tours et la poignée de maintien supérieure sont aux abonnés absents.

Qu’est-ce qui lie les citadines dans le vent ? La connectivité et la personnalisation ! Renault y mise toutes ses billes. Le catalogue comprend un choix de 7 teintes pétillantes dont… aucun gris ! Coques de rétros, calandre, baguettes latérales sont disponible en quatre couleurs et sont combinables avec quatre kits de stickers et trois jeux de jantes en alliage. Même topo dedans : entourage de tableau de bord, d’aérateurs et inserts de volant sont proposés en différentes teintes et finitions. Si elle perd en modularité, la nouvelle Twingo gagne en habitabilité grâce à 52 litres de rangements. Certains, comme l’optionnelle boîte à gants en tissus sont amovibles. Renault propose deux dispositifs d’info-divertissement. Le premier, appelé R & Go consiste en une application compatible iOs et Android. L’appli navigation 3D est disponible contre une cinquantaine d’euros. Le smartphone pourra également afficher différentes infos comme les données d’éco-conduite, ou le régime moteur par exemple. R&Go propose également la lecture des sms à haute voix. Au sommet de la gamme, la seconde évolution du R-link s’équipant pour la Twingo d’une caméra de recul.

Sous le…coffre

La nouvelle Twingo propose deux motorisations à trois cylindres. La première, le 1.0 développe 70 chevaux et 91 Nm de couple. Ses émissions de CO2 sont fixées à 105 g/km, 95 g avec start & stop. Le second moteur, un 0.9 turbo est annoncé pour 90 chevaux et 135 Nm. Il n’émet que 99g/km. Si le 1.0 est entièrement neuf, le bloc turbo est une évolution de celui qui équipait la précédente génération de Twingo. Dans ses fondamentaux, il est identique, mais il a dû être fortement incliné pour baisser au maximum le plancher du coffre. Fixations, carter et configuration des conduits de culasse sont donc neufs.

Comment ça roule ?

1P7B5034
Si dans son concept, la Twingo a subi des changements radicaux, son design original retrouve le sens de l’innovation de la première génération.

Assis bien haut, le conducteur profite d’une bonne visibilité périphérique. Malgré le volant non réglable et un repose-pied trop proche du conducteur, la position de conduite est confortable. Bien insonorisée, la Twingo laisse entendre de légers bruits aérodynamiques et démontre une sensibilité au vent latéral.

Renault équipe la version turbo d’une direction à pas variable. Pas indispensable. Nous aurions préféré un meilleur retour d’information et une plus grande réactivité autour du point milieu. A l’opposé, son minuscule rayon de braquage accroît son agilité et la transforme en contorsionniste urbaine !

Grâce à son empattement allongé, à sa répartition des masses de 50/50 lorsque deux personnes sont installées à l’avant, la Twingo dispose d’un châssis neutre et homogène. Stable à haute vitesse, la Twingo sous-vire dès que l’on la brusque. Pas vraiment le tempérament d’une propulsion ! Nous attendons toutefois d’en prendre les commandes sur nos chaussées humides et dégradées…

Si le moteur 90 chevaux démontre une belle polyvalence et une belle souplesse une fois dépassées les premières révolutions moteur, le petit 1.0 est à réserver à un usage urbain. Comme le bloc turbo, il est accouplé à une boîte de vitesses longue (merci les normes CO2) qui lui retire encore un peu de son potentiel. Souple et silencieux il est très agréable en ville, malgré quelques vibrations à bas régime. Un gros handicap accable la petite citadine, quel que soit la mécanique choisie : la consommation. Près de 9 litres pour une auto de moins d’une tonne, c’est énorme ! A voir chez nous…

La gamme

La gamme Twingo débute à 9.650 euros avec le 1.0 de 70 chevaux. Le 0.9 turbo est uniquement disponible dans la finition la plus exclusive débutant à 13.450 euros. La direction assistée est indisponible en entrée de gamme, le toit ouvrant panoramique (950 euros) est réservé aux deux niveaux de finitions les plus exclusifs, tout comme les packs de rangements et la majorité des options de personnalisation.

 

Fiche technique Renault Twingo TCe 90
Mécanique :
Architecture et cylindrée : 3 cylindres en ligne 898 cm³ turbo
Puissance : 90 ch à 5.500 tr/min
Couple : 135 Nm à 2.500 tr/min
Transmission :
Boîte de vitesses : manuelle à 5 rapports
Roues Motrices : arrière
Roues : 15″ (16″ en option)
Pneumatiques : 165/65 av. 185/60 ar.
Châssis :
Train Av : N.C
Train Ar : Essieu De-Dion
Freins Av : Disques 320 mm
Freins Ar : Tambours
Performances :
0 à 100 km/h: 12 sec.
V-max: 165 km/h
Consommation et CO2:
Conso moyenne officielle : 4,3 l/100 km
Conso moyenne du test : 8,9 (à vérifier)
Emissions de CO2 : 
99 g/km
Dimmensions :
Lxlxh : 3,595/1,648/1,554 mètres
Empattement : 2,492 mètres
Volume du coffre : 188 dm³
Volume du réservoir : 35 litres
Poids : 1.018 kg
Tarif :
Entrée de gamme : 13.450 euros