Essai Ford Mustang : born in Detroit, made in Lommel

545

FordMustang015_Munich_5039

Pour la première fois depuis 1964, la Mustang débarque officiellement en Europe, faite pour l’Europe, mise au point par des Européens. Et vous allez aimer ce qui suit ! La dernière des « pony car » nous a vraiment charmé. Non seulement l’esprit y est, mais Ford a su y mettre les formes !

FordMustang015_Munich_5779Mustang ! Quel que soit votre degré de proximité avec l’automobile, vous connaissez. Née en 1964 dans la banlieue de Detroit, l’engin est parvenu à se faire un nom en Europe, sans jamais avoir été officiellement importé chez nous. Le mythe se fait aujourd’hui Européen. Passée entre les habiles mains dynamiciens de Ford Europe, implantés en Belgique, à Lommel pour être exact, la pony car par excellence prend un séduisant accent européen.

Nous vous parlerons la semaine prochaine de l’entrée de gamme, l’EcoBoost, motorisée par un 4 cylindres 2.3 de près de 300 chevaux. Cette semaine, nous vous parlons de V8, le moteur qui a construit sa légende.

 

L’Amérique sous le capot

IMG_1263Assis bas, jambes tendues, dans un confortable et baquet Recaro, les yeux fixés sur l’interminable capot, nous sommes aux commandes d’un coupé Mustang, rouge éclatant. Le V8 glougloute en traversant la Bavière. Les routes sont rapides et bien revêtues. La Mustang aussi ! La sonorité d’un V8 atmosphérique conserve un incroyable pouvoir euphorisant. Souple à bas régime, le big bloc de 5 litres de cylindrées bombarde, rauque, puissant et profond. Pour le plaisir vous jouez du talon pointe, enfoncez le pied au plancher. Rapidement les vitesses sont déraisonnables, et vous en redemandez. Le génial V8 est soutenu par une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Mouvements courts, verrouillages précis. Elle demande un peu de poigne, un peu de virilité. Parfait ! Mieux encore son étagement est tel qu’en changeant les rapports au rupteur, à 7.000 t/min vous retombez en plein dans les 530 Nm de couple. C’est un peu comme si vous injectiez de la dynamite dans les veines des 421 pur-sang à chaque changement de rapport.

Question d’ambiance

Ford a bien joué son coup. L’architecture de l’habitacle évoque clairement celui de la « ‘Stang » des 60’s. La visibilité vers l’avant est bonne, malgré des montants bien inclinés. Vers l’arrière ? Peu importe, personne ne vous dépassera… et Ford propose en option une caméra de recul pour les manœuvres. Parmi les craintes que nous pouvions avoir : la finition. Oubliez le brol connu dans le passé. Si tous les matériaux ne sont pas exceptionnels, l’ensemble tient la route et a belle allure. Seul petit regret, le graphisme du combiné d’instrument pourrait être un peu plus US ! Oubliez les places arrière. Si l’espace aux jambes est honnête, la garde au toit est vraiment limitée. Par contre l’accès  et le volume du coffre incitent au voyage !

Perfectionnisme à Lommel

IMG_1244Mais la plus belle surprise nous est apparue dans les vallées de Bavière. Les routes rapides, sinuant doucement entre les prairies ont fait apparaître un châssis particulièrement homogène. Ford a définitivement enterré l’essieu arrière rigide qui rendait la Mustang brouillonne. L’architecture des trains avant et arrière est aujourd’hui moderne et efficace. La direction se fait certes un peu légère quand la vitesse augmente mais, pour le reste, les sensations sont neutres, pures et grisantes. Cette Mustang avale les courbes à merveille, sur des appuis francs et sûrs. Petit bémol, cette Mustang se cabre à l’accélération et pique du nez lorsque vous sollicitez les puissants étriers Brembo à six pistons.

Il est certain que certaines de ses concurrentes directes s’en sortent un peu mieux matière de comportement dynamique, sont plus précises, plus rapide et plus efficaces. Mais tout le monde s’en f***. Pourquoi ? Parce que la Mustang est l’une des seules à incarner un tel mythe, à véhiculer ce charisme, cette personnalité, tout en adoptant des évolutions techniques opportunes ne dénaturant pas son caractère. Et l’engin dispose encore d’un argument de poids…

C’est cadeau !

FordMustang015_Munich_4950Car en plus d’être aussi charismatique, cette Mustang se paie à prix d’ami. Le coupé V8 en boîte manuelle ne vous en coûtera pas plus de 40.000 euros ! En série, vous disposez de quatre modes de conduite : normal, sport+, race et snow, de deux beaux sièges baquets Recaro, du système keyless, du launch control… Bref, il n’y a bien que la navigation qui manque. Côté consommation, malgré notre rythme très soutenu et un pied assez lourd, l’ordinateur de bord affichait seulement 16 litres… Disposer d’une puissance équivalente dans un véhicule concurrent vous imposera de vous délester de bien plus d’argent. L’économie vous permettra donc d’immatriculer l’engin sans peine. Seule petite réserve, nous attendons de pouvoir en faire l’essai sur notre catastrophique réseau routier pour émettre un avis définitif sur ses caractéristiques dynamiques.

Conclusion

Une muscle car homogène et civilisée, capable des répondre aux attentes du conducteur européen sans perdre de son aura. En bref, le meilleur des deux mondes et le tout à prix d’ami ! Si elle vous intéresse, filez chez le concessionnaire. Des 120.000 exemplaires produits annuellement aux Etats-Unis, seulement 20.000 quitteront le territoire… Votre patience risque d’être mise à rude épreuve.

Etes-vous déjà fan d’AutoBuzz sur Facebook? Est-ce que vous nous suivez sur Twitter et Instagram?
Pas encore ? Cliquez ci-dessous pour être le premier à tout savoir de l’actu auto !

AutoBuzz (Facebook)
AutoBuzz (Instagram)
AutoBuzz (Twitter)

Fiche Technique Ford Mustang GT Coupé
Mécanique :
Architecture et cylindrée : 5.0 litre, V8 tout alu, 4.951 cm³
Puissance : 421 ch à 6.500 t/min
Couple : 530 Nm à 4.250 t/min
Transmission :
Boîte de vitesse : Manuelle à 6 rapports
Roues motrices : Propulsion, différentiel autobloquant
Roues : 19″
Pneumatiques : 255/40 (avant), 275/40
Châssis :
Train av : McPherson à double triangulation
Train ar : Roues indépendantes, essieu multilink
Freins av : Disques ventilés 380 mm, étriers Brembo 6 pistons
Freins ar : Disques ventilés 330 mm, étrier flottant, simple piston
Prestations:
0 à 100 km/h: 4,8 sec.
Vitesse de pointe : N.C.
Consommation et CO2:
Conso moyenne (combinée): 13,5 l/100 km
Conso. du test : N.C. l/100km
Émissions de CO2-uitstoot :
299 g/km
Tailles et poids :
Longueur/largeur/hauteur : 4,784/1,916/1,381 mètres
Empattement : 2,720 mètres
Volume de charge : 408 litres
Volume du réservoir : 61 litres
Poids : 1.720 kg
Prix :
Entrée de gamme : 40.000 euros