Dreamcar Special : Rolls-Royce Wraith, dans un autre monde

573

Le monde automobile est vaste, tellement vaste que certaines marques évoluent à leurs frontières, voire en dehors. C’est le cas de Rolls-Royce. Pourquoi la Wraith est-elle une voiture à part ? Pourquoi Rolls-Royce dispose-t-elle d’une telle aura ? Les réponses à ces questions par AutoBuzz…

Nous entamons la seconde étape de notre Dreamcar Special, toujours dans les environs de Reims, au pied du somptueux château de Fère-en-Tardenois. Un écrin de prestige, passé et présent, qui colle à merveille avec notre Rolls-Royce Wraith.

Une réputation

Rolls-Royce, c’est avant tout une histoire ! Celle de deux hommes qui lient leurs affaires et leur avenir. Depuis 1904 et les balbutiements de l’automobile, Rolls-Royce séduit par son design majestueux, par son goût du raffinement, par l’exclusivité de sa clientèle. Lords, businessmen, membres de la haute et des familles royales, tous ont un jour signé en lettres d’or au bas d’un bon de commande signé R & R.

Alors voici pourquoi la Wraith, comme bien d’autres Rolls-Royce mérite son statut :

Rolls-Royce Wraith (21)

Pénétrer dans la Wraith revient à se laisser glisser dans un autre univers, un univers où la voiture n’est plus un « déplaçoir ». C’est la prolongation d’un état d’esprit, d’un sens de l’élégance et de la subtilité. Un objet de raffinement qui se défait d’un maximum des contingences bassement automobiles. La Wraith n’est pas un engin bruyant et puant, qui roule vite, qui freine, qui véhicule. La Wraith est une pièce de maître-artisan, un morceau de « craftmanship » qui entend voler par-dessus la route, réduire le contact avec la réalité.

La sensation offerte par la direction s’approche du gouvernail d’une péniche, imperturbable, doux et fluide, sans rappel. Le moteur, un V12 à double turbo de 6,5 litres de cylindrée affirme un tempérament aéronautique. Avec 625 chevaux et 800 Nm de couple, il m’évoque la poussée d’un avion au décollage, cette puissance sensible et constante, ce cabrage, cette douce brutalité. Une évocation intentionnelle pour une entreprise qui produit des moteurs d’avions depuis 1914…

Pour le plaisir des yeux

Rolls-Royce Wraith (7)

Rolls ne peut jouer la même partition que les autres. Par conséquent, les portes sont antagonistes, le ciel de toit est parsemé de 1.340 LED et la calandre est massive et monolithique, comme le veut la tradition. La face avant est sans équivoque, et ce n’est pas la Flying Lady qui me contredira.

L’habitacle poursuit dans la même veine : subtilité, justesse, élégance, si on oublie ce ciel de toit bling-bling. La Wraith n’en fait pas des louches ! Elle est simplement élégante. Gros bémol toutefois, pour un véhicule de cette catégorie, j’étais surpris par l’usure de la sellerie. Loin d’afficher 200.000 km, le fauteuil avant de la Wraith marquait une altération grisâtre de ce cuir clair.

Et puis il y a ce ¾ arrière. L’avant massif de la Wraith est contrebalancé par une gracieuse hanche, que la Wraith étale telle une Aphrodite en granit.

Un grand bain d’huile

Rolls-Royce Wraith (17)

Si « Wraith » est un terme écossais désignant les esprits de l’au-delà, son comportement n’est ni fantomatique, ni erratique. Une maîtresse du cruising, grâce à la boîte automatique de la grande maison ZF, grâce à la discrétion de son moteur, à l’excellence de son équipement audio.

La suspension vous place en flottaison dans un bain d’huile. La masse, les 2,4 tonnes de la Wraith, imposent une certaine consistance et lient le gros coupé à la gravité ! Les pieds lourds peuvent toutefois se rassurer. Avec un 0 à 100 en 4,6 secondes, les vitesses atteintes effraient les pures sportives. En courbes, l’électronique fait des merveilles et seule sa masse fera voir au conducteur téméraire l’effrayant esprit écossais…

Conclusion :

Si, souvent, les slogans sont trompeurs, pompeux ou mensongers, on peut conclure de celui de Rolls-Royce qu’il est assez légitime : « Trusted to deliver excellence ». Un bel objet sereinement raffiné, de facture classique et distillant une sensation So British. Le prestige de l’aviation, la douceur de la navigation et l’onirisme du voyage…

Fiche technique Rolls-Royce Wraith
Mécanique :
Architecture et cylindrée : V12 à double suralimentation 6592 cm³
Puissance : 624 ch. à 5.600 tr/min
Couple : 800 Nm de 1.500 à 5.500 tr/min
Transmission :
Boîte de vitesse : automatique à huit vitesses
Roues Motrices : arrière
Roues : 8.5 x 20 av. et 9.5 x 20 ar.
Pneumatiques : 255/45 av. et 285/40 ar.
Châssis :
Train Av : Double triangles, suspension pneumatique
Train Ar : Multi-bras, suspension pneumatique
Freins Av : Disques ventilés 374 mm
Freins Ar : Disques ventilés 370 mm
Performances :
0 à 100 km/h: 4,6 sec.
V-max: 250 km/h (électroniquement limitée
Consommation et CO2:
Conso moyenne officielle : 14 l/100 km
Conso moyenne du test : /
Emissions de CO2 :
327 g/km
Dimmensions :
Lxlxh : 5,269/1,947/1,507 mètres
Empattement : 3,112 mètres
Volume du coffre : 470 litres
Volume du réservoir : 83 litres
Poids : 2.435 kg
Tarif :
Entrée de gamme : 284.229 euros