Dreamcar Special : Telsa Model S, un pied dans le futur

695

Le troisième récit de notre Dreamcar Special prend une tournure divergeante. Nous mettons à l’épreuve la Tesla Model S, la voiture électrique la plus crédible du marché.

La raison d’être de cette Tesla S est simple : Elon Musk, CEO de Tesla apporte une réponse aux faiblesses de la voiture électrique. Avec 500 kilomètres d’autonomie, elle fait nettement mieux que ces citadines électrifiées.

Où est l’os ? Au tarif ! Tesla commercialise une berline dont l’entrée de gamme débute à 66.000 euros et dont notre modèle d’essai approche les 115.000 euros. Par conséquent, cette voiture électrique est la première à véritablement rentrer en catégorie premium. Du neuf dans un segment qui recycle trop et trop souvent.

Tesla_P85D-ABP-5640
Tesla pousse l’innovation à son paroxysme. Commande en ligne, connexion internet permanente, Google omniprésent… Attentions aux intrusions dans votre vie privée !

 

Question de mindset

Tesla_P85D-ABP-5626
Avec un peu d’habitude, cette tablette se montre très pratique. Dommage que nos vilaines traces de doigts souillent cet archétype de modernité.

Rouler en Tesla S est une question de choix, d’état d’esprit. Un pas évident dans le futur de l’automobile à bord d’une berline de 5 mètres de long. L’habitacle paraît vide. Pas de tunnel de transmission, pas de console centrale, pas de boutons, pas de rangements. Dépourvu de cloisonnage l’espace entre les deux sièges avant laisse vos effets de se balader dans l’habitacle au gré des freinages, accélérations et virages. Pénible !

Les poignées de portes se déploient à l’approche du conducteur. Pas de barillet, pas de bouton ! Il suffit d’amener la commande de boîte en position « drive » pour démarrer. L’ensemble des commandes est rassemblé au centre du tableau de bord, dans une console centrale de la taille d’un écran de cinéma. C’est génial, sauf qu’il faut suivre 4 ans de cours du soir pour parvenir à s’en servir. Plus sérieusement, les possibilités offertes par ce système sont bluffantes et illimitées dès lors que l’on en a pris l’habitude. Tesla offre d’ailleurs la connexion 3G en Belgique et à l’étranger à l’achat de la voiture.

Déception par contre. Icône de la modernité, la Tesla Model S ne dispose pas de ces assistants dont se font une force les autres constructeurs : maintien de voie, freinage automatique, régulateur intelligent, feux matriciels… Tesla rétorque en annonçant un dispositif de conduite autonome sur autoroute pour les prochains mois.

Regarder dans le lointain

Dans notre version P85D, la Tesla S propose non moins de 500 kilomètres d’autonomie. Même en considérant un potentiel réel de 400 km, il y a de quoi voir venir. Il faudra toutefois bien planifier les recharges : 32 heures pour une charge totale, 8 heures avec la box Tesla. Le constructeur américain a par ailleurs annoncé sa volonté d’installer des bornes de recharge rapide (80% en 35 min) tous les 300 km le long des autoroutes européennes.

Un tapis volant ?

Tesla Model S chassis
Tout le brio de Tesla réside dans cette architecture : des batteries dans le plancher et un moteur électrique actionnant chaque train de roues.

Les moteurs électriques sont capables de délivrer leur couple maximal immédiatement. Par conséquent, avec 930 Nm de couple et des pics de 700 chevaux, la Tesla S est une véritable fusée ! Si son silence n’était pas aussi intense, on pourrait presque la qualifier de brutale. La poussée est violente, constante et ininterrompue, comme si un ouragan vous soufflait dans le dos.

L’excellent freinage doit être mis en avant ! Avec un tel tempérament, et 2,4 tonnes sur la balance, la Tesla S sollicite ses disques ! Le feeling sur la route est saisissant. Les 540 kg de batteries situées dans le plancher baissent le centre de gravité, les deux moteurs électriques, l’un à l’avant, l’autre à l’arrière répartissent le poids à 50/50. Par conséquent, la Tesla vire à plat et avale avec sagesse les grandes courbes. Moins convaincante, la direction, insipide ainsi que la suspension pilotée qui manque d’homogénéité sur chaussée dégradée. La berline est douce, confortable et stable mais rechigne à être brusquée. Quelques kilos en trop ?

Avantageuse

Tesla_P85D-ABP-5609
Travail dans le détail. Pour atteindre un Cx de 0,24, Tesla obstrue la calandre et rend les poignées de portes rétractables…

Si la Tesla Model S demeure un engin confidentiel, sa déductibilité fiscale à 120 %, l’entretien se limitant aux pneus et aux freins, les batteries garanties 8 ans ou 200.000 km (entrée de gamme), ses deux coffres de 750 et 85 litres (coffre avant), son score record aux crash-tests Euro-NCAP, sa connectivité gratuite, les bornes publiques Tesla, etc. en font une bonne affaire, même au-delà de 100.000 euros.

Conclusion :

Si Elon Musk est parvenu à rendre Tesla S presqu’aussi utilisable qu’une autre, il faut toutefois à son propriétaire une mentalité progressiste pour faire le grand saut. Sensations perturbantes, vide de l’habitacle, modalités de charge, autant d’éléments que l’automobiliste visionnaire oubliera ! Plus que toute autre voiture, la Tesla S rend l’automobile électrique crédible, si seulement le fédéral et l’Europe pouvaient s’en convaincre…

Photos : Alexis Bernard Photography

Fiche technique Tesla Model S
Mécanique :
Architecture et cylindrée : Moteurs électriques à induction
Puissance : 700 ch.
Couple : 930 Nm
Transmission :
Boîte de vitesse : automatique
Roues Motrices : avant et arrière
Roues : 21″
Pneumatiques : 245/35
Châssis :
Train Av : Doubles triangles
Train Ar : Multi-bras
Freins Av : Disques ventilés 355 mm
Freins Ar : Disques ventilés 365 mm
Performances :
0 à 100 km/h: 3,3 sec.
V-max: 250 km/h
Consommation et CO2:
Conso moyenne officielle : 0 l/100 km
Conso moyenne du test : 0 l/100 km
Emissions de CO2 :
0 g/km
Dimmensions :
Lxlxh : 4,970/1,964/1,435 mètres
Empattement : 2,960 mètres
Volume du coffre : 744 + 85 litres
Volume du réservoir : /
Poids : 2.108 kg
Tarif :
Entrée de gamme : 75.500 euros