AutoBuzz Live : Ford Kuga

447

_015-w1200

L’an dernier, la vedette sur le stand Ford à Genève n’était autre que l’ébourriffante GT. Cette année, nous devons nous contenter de ce facelift de la Kuga. C’est un peu moins passionnant que la légendaire supercar, mais le SUV inaugure toutefois une nouvelle mécanique d’entrée de gamme en diesel. Intéressant pour le marché belge !

Depuis l’arrivée du Edge aux Etats-Unis, le Kuga n’est plus le porte-drapeaux des SUV Ford. Toutefois, cela ne signifie pas que la Kuga est condamnée à jouer les second violons. Ford le souligne encore avec ce midlife update. La Kuga est manifestement influencée par les traits de sa grande sœur, en particulier par sa calandre trapézoïdale et ses feux arrière transparent. Sur le plan technologique, Ford introduit – aux côté du dispositif SYNC 3 dont l’interface similaire à celle d’une tablette devrait être caractérisé par sa facilité d’usage – quelques nouveaux assistants à la conduite. C’est ainsi que l’Active Park Assist semi-automatique effectue les manœuvres de parking perpendiculaires et le Cross Traffic Alert prévient du trafic en approche au moment de quitter la place de parking.

Nouvelle entrée de gamme en diesel

Plus essentiel encore, la Kuga disposera bientôt d’une nouvelle version d’entrée de gamme, composée d’un 1.5 TDCi accouplé à une transmission aux roues avant. Sur papier, il ne consomme pas plus de 4,7 litres de diesel au 100 kilomètres, ce qui correspond à des émissions de CO2 de 115 g/km. Le 2.0 diesel demeure au catalogue, disponible en versions 150 (4×2) ou 180 (4×4) chevaux. Pour les amateurs d’essence, il faudra se tourner vers le 1,5 litres EcoBoost développant des puissances de 120, 150 ou 182 ch.