10 bonnes raisons d’aller aux 24 Heures du Mans

613

Les 24 Heures du Mans disputent aux 500 Miles d’Indianapolis le titre de plus grande course automobile du monde. Puisqu’on n’a pas encore eu la chance d’aller vérifier les arguments des Américains sur place, la course française conserve la pole position. Voici pourquoi… 

  1. Tout peut arriver 

Une course de 24 heures n’est jamais terminée qu’au dernier tour. Demandez à Toyota ce qu’ils en pensent, eux qui ont vu une victoire presque certaine anéantie à deux tours de la fin en 2016. Même Porsche n’en demandait pas tant. Une course d’endurance, c’est aussi la plus belle manifestation de la ‘glorieuse incertitude du sport’ appliquée au sport automobile. Rien n’y est écrit d’avance.

2. Parce qu’il n’y a pas mieux 

En attendant que la Formule 1 refasse rêver les foules, le Championnat du Monde d‘Endurance représente le sommet des courses en circuit. Le niveau de pilotage des pilotes d’usine y atteint un niveau parfois hallucinant (de jour, de nuit, sous la pluie…)… d’autant plus que certains gentlemen drivers ajoutent parfois leur grain de sel sous la forme de trajectoires pas très catholiques. Niveau performances des voitures, allez voir les Porsche et Toyota LMP1 au sommet du raidillon le 6 mai prochain (le WEC y fait escale) pour prendre une grande claque.

3. Le circuit

Comme Francorchamps, Le Mans est un circuit qui offre de multiples points de vue. Sauf qu’ici, il n’est pas question de faire le tour à pied. Prenez votre voiture, passez par Mulsanne, Arnage ou les virages Porsche (on vous dira où aller la prochaine fois) et prenez-en plein les yeux et les oreilles, sans dormir si vous y arrivez. Et puisque le circuit emprunte encore pas mal de routes ‘normales’, il n’est pas aseptisé comme la plupart des circuits de F1…

4. Les enjeux technologiques

Les 24 Heures du Mans ont su faire évoluer leur règlement (qui est aujourd’hui celui du Championnat du Monde WEC) pour inciter les constructeurs à tester et faire gagner des technologies qui bénéficient à MR Tout-le-Monde. De la première victoire d’un diesel à la première victoire d’un moteur hybride, en passant par les phares LED (pour ne parler que de ces quinze dernières années), la fonction de laboratoire des 24 Heures ne se dément pas.

5.Une expérience totale

Le Mans, c’est bien plus qu’une course de 24 Heures. Y arriver le samedi sur le coup de midi, c’est se priver d’une bonne partie de ce qui en fait un événement hors du commun, de la Parade des Pilotes du vendredi aux animations organisées par les villages tout autour du circuit. On vous dira même où obtenir des autographes…

6. Pour l’ambiance

Les 24 Heures rassemblent des pilotes de tous les coins du monde… et ça s’entend. Au moment de faire résonner les hymnes nationaux, il faut entendre les danois, les Britanniques et les Français chanter en chœur et les Néerlandais mettre une ambiance de stade de foot dans les tribunes. Les Belges ? Pas assez nombreux… ou pas assez démonstratifs. On peut faire mieux !

7. Pour le drame

La désillusion de Toyota l’an dernier n’est qu’un des exemples de l’injustice de cette course. Favoris ou gentlemen-drivers, tous peuvent être frappés par la Sorcière sur 24 Heures. Le public le sait, et c’est pourquoi il réserve une véritable ovation à tous ceux qui franchissent la ligne d’arrivée, un peu comme des gladiateurs après le combat. Et n’oublie jamais que le véritable drame guette les pilotes à tout moment, comme Allan Simonsen décédé en début de course en 2013.

8. Pour Le Mans

Profitez de l’occasion pour découvrir la ville du Mans, sa vieille ville, ses bords de Sarthe et ses environs (mention spéciale, mais c’est très subjectif, à la vallée du Loir). Et ramenez les meilleures rillettes à la maison, voire, pour les amateurs de vin, un petit jasnières de derrière les fagots.

9. Pour la légende

Les 24 Heures existent depuis 1923, et elles excellent dans l’art de faire vivre leur héritage. Du Musée des 24 Heures aux expositions thématiques mises sur pied par l’Automobile Club de l’Ouest, l’amateur de belles mécaniques anciennes a de quoi assouvir sa passion… surtout s’il passe un peu de temps dans les parkings fréquentés par les Britanniques. On a déjà vu des conducteurs de Rolls-Royce Silver Ghost sortir le barbecue…

10. Pour la fête

Le Mans ne serait pas Le Mans sans sa fête foraine et ses concerts. Cette année, c’est Kool and the Gang qui s’y colle. Et c’est gratuit… Merci qui ?

La prochaine fois, on vous donne dix endroits à ne pas louper pour faire de vos premières 24 Heures du Mans un virus addictif…

Photos : Claude Yvens et Christophe Gaascht