Reportage : au cœur du Rallye de Finlande (vidéos)

666

Grâce à Hyundai Belux, nous avons eu la chance d’assister à un véritable évènement. Pour la première fois dans l’histoire du WRC, un équipage belge est leader du championnat. Récit d’une course passionnante.

Le Rallye de Finlande, une véritable légende. Une épreuve sur terre, sur des pistes damées et incroyablement rapides, au cœur de la dense forêt du Pays des Mille Lacs. Véritable foyer de champions locaux, il n’a que très rarement été remporté par des pilotes non nordiques, Kris Meeke étant le dernier en date.

L’objectif de Neuville et Gilsoul (ci-dessus) lors de ce Rallye de Finlande tait de revenir sur Sébastien Ogier.

Pour autant, en raison de la nouvelle réglementation et des caractéristiques si particulières du tracé, le spectateur débarquait à Jyvaskyla sans savoir à quoi s’attendre. Tous les yeux, et en particulier ceux des observateurs belges allaient se concentrer sur les chronos de nos compatriotes Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul. Le duo portant les couleurs de Hyundai a pour objectif de remporter le titre mondial en 2017. Avant le départ, l’équipage de l’i20 WRC ne comptait que 11 points de retards sur Sebastien Ogier. Le mot d’ordre était donc lâché : faire mieux que la Ford Fiesta du Français !

Soulagement, dès le début de la course, avec la sortie d’Ogier. En raison d’une commotion cérébrale, les médecins interdisaient à son équipier, Julien Ingrassia, de repartir. Un soulagement de courte durée, toutefois. En effet, jamais Neuville n’a pu soutenir le rythme de la concurrence…

Le Finlandais, un dingue de rallye

La foule rassemblée dans Ouninpohja était impressionnante, et l’ambiance digne d’un stade de foot !

Pour saisir pleinement le poids d’une telle épreuve, nous avons pris le chemin des spéciales, fait la file et rejoint des hordes de finlandais échaudés, fervents, parfois imbibés, rassemblés par milliers aux endroits les plus spectaculaires. Une ambiance de stade de foot et un incroyable soutien au pilotes nordiques, et à raison. Au milieu de la seconde journée, le top quatre se composait des trois Toyota Yaris WRC, pilotées par trois finlandais : Latvala, Lappi et Hänninen. Trois pilotes Toyota donc, pilotant une voiture conçue dans les ateliers de l’ex-pilote finlandais Tommi Makinen, quadruple champion du monde, installé à quelques kilomètres de l’épicentre du rallye. Avouez que pour une population concentrant son attention sur le Rallye et le Hockey sur glace, il y avait de quoi être attiré… D’autant que la quatrième place du classement était dans les mains d’un autre jeune finlandais, Teemu Suninen, disputant le week-end dernier son second rallye en Championnat du Monde. Impressionnant !

Neuville en demi-teinte ?

Michel Nandan, Team Principal Hyundai, ‘sexpliquant sur le difficultés rencontrées par la Hyundai i20 WRC en Finlande.

Difficile d’analyser ici les performances de Neuville sur son seul pilotage. Légèrement pénalisé par sa position sur la route en début de course, il manifestait toutefois un manque de rythme par rapport aux concurrentes. Michel Nandan, Team Principal Hyundai Motorsport GmbH, confessait un retard en matière aérodynamique. Comparez les ailerons des Toyota et Citroën, incroyablement stables, à celui bien plus simpliste de la i20 WRC. Notre prestigieux guide sur cette manche Finlandaise, Denis Giraudet, copilote émérite et vainqueur de l’épreuve en 1993 à la droite de Juha Kankkunen, identifiait plus aisément encore ces différences de châssis entre les Ford, Hyundai, Toyota et Citroën, ces deux dernières apparaissant clairement au-dessus du lot en matière de châssis. Malgré quelques modifications de set-up, Neuville n’a jamais trouvé le grip désiré, a constamment lutté contre l’instabilité de son train arrière.

Le désespoir de Latvala

Jari-Matti Latvala, dont on ne peut pas dire qu’il a toujours brillé de constance, était l’auteur d’une course remarquable, attaquant sans rien lâcher pour dominer ses compatriotes et s’imposer sur le rallye le plus rapide de la saison, devant son public, avec une Yaris construite sur place. Alors qu’il se battait pour maintenir Esapekka Lappi à une petite dizaine de secondes de retard, tout tombait à l’eau dans la spéciale 19, la légendaire Ouninpohja, lorsque s’arrêtait son moteur, suite à un problème électrique. La voie royale était ouverte pour Lappi, disposant alors de 54 secondes d’avance sur Hänninen.

Le bilan de Neuville

Avec 8 points virtuels au compteur au départ de la dernière spéciale, la très médiatique Power stage, le bilan de Neuville aurait été moyen. La gestion de la course fut pourtant irréprochable : une vitesse soutenue, une prise de risque avisée, et un objectif atteint : se rapprocher d’Ogier. Un chrono très honnête dans la Power Stage, les excès d’enthousiasme de certains de ses concurrents, Latvala en tête, lui assuraient le troisième temps et trois points supplémentaires. Total 11 points, soit l’écart qui le séparait d’Ogier. Les deux pilotes sont désormais ex-aequo au championnat pilotes, avec 160 points. Neuville comptant plus de victoires, il est déclaré leader du championnat. On peut donc conclure que Neuville a rempli sa mission, se rapprocher de Loeb, même si sa course fut plutôt exempte d’éclats. Le championnat connaîtra donc un second départ, au Deutschland, les 17 et 20 août. Un rallye sur lequel Neuville a toujours démontré une belle pointe de vitesse, sur les terres de Hyundai Motorsport, pour le rallye le plus belge de la saison, et qui pourrait donc marquer un tournant au championnat. Crossed fingers !

Nos coups de cœur

Jari-Matti Latvala, grand perdant de ce Rallye de Finlande et le jeune et bouillant Esapekka Lappi, signant sa première victoire en WRC, ont fait briller les couleurs de Toyota !

Neuville a fait son boulot, certes, mais quelques-uns des castards jouant la tête de l’épreuve nous ont véritablement bluffés. Latvala, d’abord. En état de grâce, avec une voiture à sa main ! Esapekka Lappi, surtout ! Le jeune Finlandais fait non seulement montre d’une superbe pointe de vitesse, mais se distingue également par son franc parler et son caractère assez bouillant « Je me fous de savoir si Jari-Matti a gagné ce rallye une ou trois fois, je veux juste être plus rapide ! », déclarait-il avec autant d’ambition que de détermination ! Une superbe première victoire pour lui et une belle gestion de fin de rallye. La révélation de cette course fut sans aucun doute Teemu Suninen, au volant de la Fiesta de chez M-Sport, qui, sans une erreur et une spectaculaire sortie qu’il qualifiait de « tête-à-queue », aurait pu brigueur un podium. Un autre Finlandais, jeune et bouillant, fermé comme un Raikkonen, que les différentes usines feraient bien de se disputer rapidement… Enfin, nous soulignerons encore la très belle course d’Elfyn Evans, le jeune britannique, parfois inconstant, qui au prix d’une belle attaque et d’un pilotage sûr grimpait sur la seconde marche du podium, avec seulement trois dixièmes d’avance sur Juho Hänninen.

Le rallye de Finlande en spectateur

Le Rallye de Finlande, l’épreuve la plus rapide et la plus spectaculaire du championnat !

Le pays de 1000 Lacs est en soi une destination qui vaut la peine d’être vue. Quand on y ajoute le sport automobile le plus spectaculaire, la ferveur d’une population acquise à la cause du rallye, une météo favorable, une organisation aux petits oignons, l’expertise du guide qui était le nôtre, Denis Giraudet, et ce parcours complètement hallucinant, on obtient un cocktail incroyablement séduisant. Depuis le bord des spéciales, on fait facilement la distinction entre les pilotes rapides et les très rapides. On mesure leur engagement, on compare les points de freinage, on différencie les qualités des châssis, on note les pilotes les plus téméraires. On refuserait de jouer le rôle de copilote ! La gravette vole de toutes parts, les suspensions avalent les jumps, les pneus dessinent des sillons dans la terre damée, la foule s’émeut au passage de chaque équipage local. Une atmosphère de Champion’s League au milieu de la nature, un véritable spectacle. Les moteurs hurlent et les Finlandais volent !

Credits :

Vidéo : WRC.com

Photos : Neste Rally Finland, Hyundai Motorsport GmbH