Essai Ford Fiesta : de nouveaux traits de famille

110

Oubli de la conscience populaire automobile par excellence, la Ford Fiesta est l’une des rares populaires encore commercialisées dont la naissance date des années 70. En 2017, la citadine entame sa 41ème année de carrière et en est aujourd’hui à sa 7ème génération. Dans la gamme Ford, seul l’utilitaire Transit et la Mustang sont plus anciens, alors que sa concurrente directe en 1976, la Golf joue aujourd’hui dans une autre catégorie !

Avec le pétillant 1.0 EcoBoost de 140 chevaux et son châssis aux petits oignons, la Fiesta ST-Line est capable d’en remontrer à des sportives bien plus ambitieuses.

Comme l’homme, l’automobile a tendance à s’empâter avec les années. Avec 4,04 mètres de long, la nouvelle Fiesta est plus longue de 7,1 centimètres que celle qui l’a précédée, mais aussi un demi-mètre plus longue que dans les années 70. Et si la cadette pèse quelques kilos de plus que la Fiesta 2008, la balance affichait 300 kilos en moins à la maternité, dans les seventies. Plus large de 13 millimètres, elle entend se montrer plus généreuse à l’égard de ses passagers sans pour autant apporter de modifications à l’empattement.

La famille s’élargit

En réalité, la famille Fiesta accouche de quadruplés. Contrairement, à la concurrence qui a tendance à considérer qu’une citadine peut se contenter de proposer une version cinq portes, Ford conserve également la séduisante trois portes au catalogue, qu’elle décline en quatre variantes. Ainsi le catalogue se compose de la Fiesta Trend, de la très équipée Titanium, la sportive ST-Line, de la haut-de-gamme Vignale alors que le crossover Active, comme la bouillante Fiesta ST d’ailleurs, sont attendues en début d’année prochaine. Avec 12 coloris aux choix, divers types de jantes (jusqu’à 18 pouces) et les spécificités esthétiques de chacune de ces 4 déclinaisons, Ford propose non moins de 20.000 combinaisons possibles… et un équipement riche. Le client Fiesta pourra ainsi profiter, selon ses goûts et la version retenue, des sièges matelassés de la Vignale, d’un vaste toit panoramique, de l’intérieur sobrement « coursifié » de la ST-Line, de la sobriété de la Fiesta Titanium, d’un écran d’info-divertissement enfin bien dimensionné (8 pouces tactile en option), d’un volant chauffant, de l’équipement stéréo B&O de 675W et bien entendu d’une pléiade d’assistants à la conduite, grâce à ses trois radars et 12 capteurs à ultra-sons. Elle inaugure par ailleurs dans la gamme Ford une mise à jour du freinage automatique d’urgence avec détection des piétons, en plus de la reconnaissance des panneaux, de l’alerte de véhicule en approche, du régulateur de vitesse adaptatif, du système de surveillance des angles morts, de l’aide au maintien de voie… Le dispositif multimédia SYNC 3 restant parmi les plus complets et les plus polyvalents du marché, compatible avec les principaux systèmes d’exploitation de smartphones.

Du style…

Nous vous laissons le loisir de déterminer si son style extérieur vous plait. Nous on aime bien, mais ce n’est pas le cas de tous. La grande délivrance vient de l’intérieur, aujourd’hui bien moins « vaisseau spatial » que par le passé. Comme souvent chez Ford, l’ergonomie des commandes est difficile à évaluer lors d’une brève prise en mains… L’espace est suffisant, les rangements bien dimensionnés et en nombre, alors que la géométrie du coffre a été revue pour en faciliter l’accès et augmenter son volume à 303 litres, grimpant à près de 1.000 lorsque l’on rabat (à plat) le dossier de la banquette arrière. Nous nous montrerons moins positifs à l’égard de l’espace aux places arrière, n’ayant que peu profité des 7 centimètres supplémentaires, restant un peu étriqué pour les grands gabarits… Malgré les efforts fournis à l’extérieur et sur certaines zones du mobilier, les plus exigeants pesteront contre quelques matériaux à l’aspect un peu trop cheap !

Ford a enfin revu l’architecture intérieure de la Fiesta. Nombreux sont ceux qui béniront la disparition du fouillis de boutons de la console centrale.

… et beaucoup de plaisir

C’est l’une des grandes forces de Ford : concevoir des voitures à la dynamique de conduite irréprochable, amourachant le conducteur lambda et ensorcelant le fan de conduite dynamique. Nous vous passons les détails des modifications techniques, tant côté trains roulants que structure de la coque, et vous assurons que Ford tient là l’une des meilleurs voitures de la catégorie. Filtration, silence, contrôle des mouvements de carrosserie, direction précise et directe, réactions intuitives et caractère guilleret… Ce châssis a absolument tout pour lui ! Une véritable merveille dans un monde automobile où on nous vend des traines-couillons, à grands renforts d’arguments marketing, en oubliant de vous dire que leur comportement est tout bonnement indigent ! Et les qualités routières de la Fiesta se retrouvent transversalement dans la gamme Fiesta. Choisir la ST Line, son châssis surbaissé, le petit 1.0 EcoBoost de 140 chevaux vous assurent de pouvoir faire la nique à nombre de sportives… alors une simple version Titanium diesel de 120 canassons, certes plus souples, vous procurera presqu’autant de plaisir grâce à son homogénéité. A l’exception d’un tout petit flou sur les plus petits angles de volant, Ford mérite un 10/10 !

Large éventail mécanique

Près de 300 litres de coffre et deux hauteurs de plancher.

En tête de gondole, on retrouve bien entendu le populaire petit 1.0 EcoBoost, disponible dans la Fiesta dans des puissances de 100, 125 et 140 chevaux. Sa variante 100 ch pourra être accouplée à une boîte auto à six rapports et palettes au volant, les autres étant toutes associées à une nouvelle boîte six à frottements réduits. En entrée de gamme, on dit adieu au 1.25 au profit d’un 1.1 atmosphérique, à trois cylindres également, décliné en 70 et 85 chevaux. L’agréable bloc diesel 1.5 de nouvelle génération propose quant à lui deux niveaux de puissance : 85 et 120 chevaux. Les émission et consommations débutent à 3,2 l/100 km et 82 g/km en diesel, et 4,3 et 97 g en essence.

L’heure des comptes

Au moment de faire le bilan, il faut aborder le sujet qui fâche, celui du budget. La citadine de Ford, qui a certes bien grandi et joue une carte plus premium vous en coûtera un peu plus de 15.000 € en entrée de gamme, la luxueuses version Vignale et les services associés faisant grimper le tarif à près de 24.000 euros, hors options. Voilà qui commence à compter. Espérons que le calcul de Ford soit plus judicieux que celui de Toyota, quia avait adopté la même stratégie au lancement de la dernière génération de Yaris… certainement la moins populaire depuis la naissance du modèle.

En matière de comportement, la Fiesta est sans hésitation la meilleure voiture de sa catégorie !

Conclusion

Auteur d’une belle progression en de nombreux points (équipement, architecture intérieure, ergonomie, châssis), cette nouvelle Fiesta est une merveille d’homogénéité, à tous points de vue. Des défauts ? On identifiera principalement un prix d’accès un peu élevé, ainsi qu’un espace arrière un peu étriqué. Sécurisante, facile et plaisante à conduire, elle semble également se distinguer par des consommations raisonnées. Ford a à nouveau de l’or dans les mains. Espérons que la politique commerciale, l’argument (contestable) du premium, et cette quadruple lignée trouve grâce aux yeux du public !

Fiche technique Ford Fiesta Titanium 3portes EcoBoost 1.0 100 ch
Mécanique :
Architecture et cylindrée : Trois cylindres en ligne essence turbo 998 cm³
Puissance : 100 ch de 4.500 à 6500 tr/min
Couple : 170 Nm de 1.500 à 4.000 tr/min
Transmission :
Boîte de vitesse : Manuelle six vitesses
Roues Motrices : Traction
Roues : 15″
Pneumatiques : 195/60
Châssis :
Train Av : McPherson
Train Ar : Essieu de torsion
Freins Av : Disques ventilés
Freins Ar : Tambours (disques pour les versions plus puissantes)
Performances :
0 – 100 km/h : 10,5 sec.
V-max: 183 km/h
Consommation et CO2:
Conso moyenne officielle : 5,2 l/100 km
Conso moyenne du test : /
Emissions de CO2 :
97 g/km
Dimensions :
LxlxH : 4.040 / 1.735 / 1.476 mm
Empattement :
2.493 mm
Volume du coffre : 292 litres
Volume du réservoir : 42 litres
Poids : 1.144 kg
Tarif :
Entrée de gamme : 15.050 euros
Véhicule d’essai : 16.450 euros