Porsche Cayenne 2017 : 911-isation (vidéo)

864

A son lancement en 2002, le Porsche Cayenne a fait l’objet de toutes les critiques. Si les puristes continuent à le renier, le SUV a eu une impact essentiel sur la santé économique de Porsche. La mission de la nouvelle génération ? Idem, en mieux…

Nous vous laisserons seuls juges des modifications esthétiques apportées par cette troisième génération. Mais, immanquablement, comme nous vous ne pourrez vous empêcher de constater que le SUV tente de dissimuler sa physionomie de… SUV. La parenté avec la Panamera est indéniable, la parenté avec la 911 est en filigrane.

Les 760.000 exemplaires vendus lors des 15 dernières années ont dernièrement souffert de la concurrence du petit frère, le Macan. Il franchit cette fois un cap supplémentaire en adoptant la plateforme MLB Evo du groupe Volkswagen. Mariant alliages légers et acier à haute résistance, il revendique un poids en baisse de 65 kilos… un peu décevant eu égard à la masse totale de 1985 kg !

C’est sans compter sur sa transformation en matière de gabarit : + 6,3 cm en longueur (4,91 mètres), – 0,9 cm en hauteur, un coffre en hausse de 100 litres (770 litres), mais un empattement resté intact (2,89 mètres).

La Belgique refoulée

En attendant la version hybride rechargeable très appréciée chez nous (en particulier dans le nord du Pays), Porsche se contente de proposer deux blocs essence. Deux V6 3.0 turbo et biturbo qui ne feront pas l’affaire des gros rouleurs, développant 340 et 440 chevaux. Tous deux sont accouplés à une boîte de vitesses automatique à huit rapports. Pour ce qui est des moteurs diesel, il va falloir montrer un peu de patience.

Toujours moins SUV

Spécialiste de la sportive, Porsche est bien consciente des lacunes inhérentes à l’architecture SUV et entend se débarrasser de ces désagréments en équipant le nouveau Cayenne d’un nouveau train arrière doté de roues arrière directrices, de la suspension pneumatique PASM adaptative à trois chambres, de pneus mixtes entre l’avant et l’arrière, ainsi que de barres antiroulis pilotées électriquement. La plus grosse lacune du SUV se résumant à son inertie au freinage, Porsche a conçu un nouvel équipement, avec des disques en fonte grise recouvert de carbure de tungstène. Une composition devant à la fois accroître le coefficient de frottement et réduire la dispersion de poussières de freins. Identifiable à ses étriers blancs, cet équipement est uniquement combinable avec les jantes de 20 et 21 pouces. Le prix à l’entretien ? Pas encore évoqué…

Technologique

A l’intérieur, le SUV hérite des dernières évolutions technologiques de la Panamera. Il s’agit en particulier du Porsche Advanced Cockpit et son écran tactile HD de 12,3 pouces. Quant au combiné d’instruments, il conserve en son centre un compte-tours analogique. Six profils de conducteurs peuvent être enregistrés sur le véhicule et la liste des assistants à la conduite est longue comme le bras et comprend un assistant à la vision nocturne, les assistants au maintien et changement de voie, l’assistant au parking avec caméra à 360° ou encore l’assistant en embouteillages. Quatre modes de conduite sont disponible pour les sorties off-road et Porsche propose une application Offroad Precision permettant de conserver un souvenir des crapahutages, en enregistrant des vidéos, notamment.

Le nouveau Cayenne sera dévoilé dans une petite quinzaine de jours au Salon de Francfort. Le tarif belge début à 77.778,8 €.

[wpml_language language="nl"] [/wpml_language]