Live in Francfort : variété chez BMW

97

Entre une i3 qui se prend pour une sportive, une M5 qui en est une et une Série 6 Gran Turismo qui se pare d’une teinte Aubergine, il y en a pour tous les goûts…

i3

BMW a profondément remaniée son i3, échangeant ses flancs émaciés contre une allure un peu plus large, soulignent les designers BMW. Pour cette raison, les parechocs ont été redessinés, comme les blocs lumineux à LED, alors que les badges (eDrive, i3) ont été repositionnés à l’arrière. Un truc visuel qui doit permettre à la verte citadine de paraître plus large qu’elle ne l’est. Autre nouveauté, les montants A qui se parent de noir et le liseré chromé bordant le toit. A l’intérieur, BMW introduit un nouvel écran de 10,25 pouces (au lieu de l’exemplaire actuel de 6,5 pouces) avec de nouvelles applications ConnectedDrive (proposées en série en Belgique), complété par un chargeur pour smartphones par induction.

i3S

Mais en vérité, ici à Francfort, l’attention se concentre sur la nouvelle variante i3S, une i3 sportive délivrant plus de puissance (184 ch au lieu de 170) à un châssis plus nerveux. Pour ce faire, le châssis a été surbaissé de 10 mm, les pneus sont plus larges et la direction est plus directe. En activant le mode sport, la i3s devrait même permettre à son conducteur d’entreprendre quelques drifts contrôlés… selon le communiqué de presse. N’attendons toutefois pas de celle-ci des prestations dignes de chez Motorsport car avec un sprint de 0 à 100 km/h en 6,9 secondes, cette version S fait à peine mieux (4 dixièmes) que la version standard. La batterie – dorénavant 33 kWh en série, l’ancienne de 22 kWh disparaissant – chantera tout aussi longtemps. Comptez donc sur une autonomie réelle de 250 kilomètres. A l’issue du Salon de Francfort, les i3 et i3S de nouvelle génération fileront en concession, où le duo est attendu en novembre.

M5

La nouvelle génération de BMW M5 développe 600 chevaux et 750 Nm de couple, le V8 de 4,4 litres distribuant tout ceci de 5.600 à 6.700 tr/min, alors que la plage de couple maximal est interminable, de 1.800 à 5.600 tr/min. Autre information d’importance, la nouvelle M5 disposera désormais en série de la transmission intégrale. Que les amateurs de drift se rassurent, le train avant sera intégralement débrayable sur l’un des modes de pilotage combinés du DSC et de la transmission M xDrive. Le V8 est accouplé à la boîte automatique à huit rapports M Steptronic. Ainsi dotée, avec le surcroit de puissance et la transmission intégrale, la M5 gagne une demi-seconde sur le 0 à 100 km/h (3,4 secondes) et nécessite à peine plus de 11 secondes pour atteindre le cap des 200 km/h. Côté habitacle, n’attendez rien de révolutionnaire, si ce n’est le bouton de démarrage de couleur rouge et les palettes de gestion dynamique, rouges également… Voilà qui dénote un peu dans l’habitacle toujours classieux de la Béhème.

Série 6 Gran Turismo

Une petite nouvelle dans la gamme BMW… qui pour une fois n’en n’est pas vraiment une. En effet, cette nouvelle Série 6 GT remplace la Série 5 GT. Plus coupé que jamais, l’engin gagne 8,7 cm en longueur et voit sa hauteur totale diminuer de 2,1 cm, alors que le sommet du coffre redescend d’un étage (- 6,4 cm). De quoi permettre de faire tomber le Cx de 0,29 à 0,25. Plus spacieuse pour ses passagers, la Série 6 GT offre un compartiment à bagages plus généreux, comptant 610 litres. En matières de motorisations, BMW vise haut, avec des 630i et 640i en essence (258 et 340 ch) ainsi qu’une 630d de 265 ch. Les deux dernières motorisations pourront être dotées de la transmission intégrale. Bien entendu, l’Allemande embarque les dernières innovations technologiques de la marque à l’hélice.

SHARE