Avec plus de 14 millions d’exemplaires vendus, la Volkswagen Polo est l’un des best-sellers du monde automobile. Pourtant, une ombre n’a cessé de planer au-dessus de la Polo, une ombre dont veut se débarrasser la sixième génération du modèle.

Toute jeune fille qui a grandi avec une sœur plus âgée connaît ce sentiment : tout affrontement un tant soit peu physique, tout duel, se termine par une victoire de l’aînée de la fratrie. Parce que Mère Nature veut que le plus âgé soit également plus grand et plus fort physiquement. Si les voitures avaient des émotions, c’est précisément ce que doit avoir ressenti la Volkswagen Polo à l’égard de la Golf au cours des 42 dernières années : plus grande, plus puissante, plus populaire… jusqu’à présent. Plus que jamais, la Polo est en mesure de rivaliser avec sa grande sœur. On peut donc enfin le dire : la Polo est devenue adulte.

Adieu la trois portes

Qui dit adulte, dit évidemment aussi poussée de croissance, une caractéristique que l’on remarque immédiatement dans le cas de la Polo. Le nouveau rejeton de Wolfsburg gagne pas moins de 70 mm en largeur et 81 mm en longueur (91 mm si l’on regarde uniquement l’empattement) par rapport à son prédécesseur. Il en résulte également un coffre plus grand, d’un volume de 351 litres (+71 l.). De beaux chiffres, qui permettent à la nouvelle Polo de dépasser la Golf IV (de 97) en taille. Pour le reste, VW suit la tendance de très nombreux constructeurs automobiles et ne rend la Polo disponible qu’en version cinq portes.

Avec la plateforme MQB, la Polo offre aujourd’hui un large éventail d’assistants à la conduite.

La principale raison de cette cure de croissance réside dans la plate-forme MQB (connue notamment de la Golf et du T-Roc de la même maison, mais également de la Skoda Fabia et de la Seat Ibiza), qui permet d’ailleurs à Volkswagen de placer une multitude de systèmes d’aide à la conduite, issus de modèles « supérieurs », dans la Polo. VW n’est pas le premier constructeur à franchir ce pas, mais cela prouve à nouveau que la Polo n’a de cesse de réduire l’écart avec la Golf. Ainsi, la petite VW sera équipée de série, pour la première fois, du Front Assist avec freinage automatique d’urgence et reconnaissance des piétons. Pour la première fois, il est possible de cocher le régulateur de vitesse adaptatif (efficace et libérateur dans les files), l’assistant d’angle mort, l’écran numérique « Active Info » et la technologie Rear Traffic Alert (assistant de sortie de stationnement) dans la liste des options. Cette liste est d’ailleurs typiquement allemande, càd. étendue, mais coûteuse.

Avec les compliments de Dr. Dre

Tout ceci est combiné dans le plus pur style VW. Ne nous comprenez pas mal, les nouvelles proportions de l’Allemande confèrent assurément un look plus dynamique à la voiture, mais ne vous attendez pas à ce que la Polo se présente sous des dehors extravagants. À moins que vous n’optiez pour la version spéciale BEATS (photo à droite et en bas, ndlr), aux accents intérieurs colorés et munie d’une (petite) bande sport, de logos Beats et d’une installation audio de 300 watts du spécialiste américain du son, BEATS by Dr. Dre.

VW reste également sobre dans la gamme de couleurs, à l’exception de teintes rouges-orangées sportives. Pas de Polo vert poison ou rose metal flake donc (est-ce bien une lacune ?). Autrement dit, cette fois encore, le studio design de Wolfsburg nous a gratifié d’un modèle neutre, ami de tous.