Si le monde automobile était votre mur Twitter, le hashtag SUV serait plus populaire que jamais. L’an passé, presque tous les constructeurs ont installé un SUV ou crossover sur le marché, trois dans le cas d’Opel. Avec ce Grandland X, les résidents de Rüsselsheim veulent affronter les leaders de la catégorie.

L’Opel Grandland X est le premier né issu de la toute nouvelle union d’Opel et de PSA, même si le Crossland X, sorti en mai, a également de très nombreux gènes en commun avec PSA. Avec ce Crossland et le Mokka X, le Grandland fait par ailleurs partie de l’offensive SUV du constructeur allemand. Le Grandland, environ 20 centimètres plus long que ses deux collègues et assumera le rôle de « chef de famille de la gamme X », participant à la lutte dans le populaire segment des SUV compacts.

Le défi sera assurément de taille. En effet, le marché pour ces modèles est bondé. Le Grandland y sera directement opposé à quelques leaders des ventes comme le Nissan Qashqai, le Volkswagen Tiguan, le Hyundai Tucson et … sa cousine de chez PSA, la Peugeot 3008, avec laquelle il a d’ailleurs de très nombreux points communs. Il repose ainsi sur la même plate-forme EMP2 et sera assemblé dans la même usine (française) que sa cousine de l’Hexagone. La marque de Rüsselsheim peut par ailleurs aussi compter (partiellement) sur des moteurs de fabrication française, mais nous y reviendrons plus tard.

Cachet Opel

Pourquoi deux voitures, si elles se ressemblent tellement, vous demanderez-vous probablement. Eh bien, comme souvent, il s’agit d’une question de marketing et d’image. En effet, PSA est très bien positionné dans les pays latins d’Europe, comme l’Italie ou la mère-patrie, la France. Le groupe français perce en revanche nettement moins dans les pays germaniques. Avec ce Grandland X, Opel veut donc surtout conquérir le marché dans des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Voici donc une des principales raisons du rachat d’Opel à General Motors par PSA.

L’Opel n’est toutefois pas un clone stricte du modèle de PSA. Le Grandland X parvient bel et bien à conserver sa propre identité Opel. Ainsi, l’extérieur conserve clairement le cachet (classique) d’Opel, tandis que les conducteurs de l’Insignia ou du Crossland X y retrouveront de nombreux éléments intérieurs familiers.

Place au pragmatisme

À la vue du Grandland, il apparaît directement qu’Opel a posé un certain nombre de choix pragmatiques pour le modèle. « Oui, nous voulons un SUV agréable avec une position d’assise plus élevée et d’autres avantages, mais sans toutes les possibilités off-road », voilà ce qu’on doit avoir pensé à Rüsselsheim. Ce SUV n’est dès lors pas disponible en version quatre roues motrices, contrairement au Mokka X. Pour compenser quelque peu cette absence, le Grandland est en revanche équipé du système IntelliGrip, qui permet au chauffeur de choisir entre cinq modes de conduite (normal, neige, boue, sable, ESP Off) à l’aide d’une molette située à côté du changement de vitesses.

1
2
3
SHARE