Ford, Citroën, Peugeot, Kia, DS et Isuzu garnissent le Palais 4 de Brussels Expo. Sont-ils équipés pour attirer autant l’attention que les bons de commandes ?

8. Ford Fiesta ST

On commence par un petit bolide qui va attirer les amateurs de sportives vivantes et abordables la version ST de la Ford Fiesta. A l’instar de l’actuelle ST200, elle développe 200 ch, mais le fait désormais avec un trois cylindres. La nouvelle génération de moteur EcoBoost passe d’un 1.6 à quatre cylindres à un trois cylindres 1.5 turbo, tout conservant des performances de haut vol : 200 ch et 290 Nm de couple. Ce qui n’empêche pas le bouilleur de voir sa consommation plonger de 18,6 %.

La nouvelle ST proposera trois modes de conduite différents, influant sur la sonorité, la réponse à l’accélérateur, l’assistance de la direction, le torque vectoring, l’antipatinage, l’ESP… Espérons que tout ceci n’influe pas trop sur le tarif, qui restait l’un des grand points forts de l’actuelle Fiesta ST.

7. Ford GT

Faire tourner les têtes est une chose, pouvoir les satisfaire en est une autre. Contemplez cette Ford GT, son design et son moteur V6 EcoBoost le plus longtemps possible car c’est la seule occasion que vous aurez : tous les exemplaires prévus ont depuis longtemps trouvé acquéreur…

6. Citroën C3 Aircross

Hop là, encore un SUV compact, révélant cette fois un certain charme à la française ! Son look original lui permet de sortir du lot, même si un grand nombre d’autres éléments de design lient cette C3 Aircross au reste d’une famille Citroën récemment rafraichie.

Sous son capot, on retrouve les bien connues mécaniques de PSA, du trois cylindres 1.2 PureTech de 100 ou 130 ch aux moteurs diesel HDi de 90 ou 120 ch. Ne cherchez pas de transmission intégrale ou autres technologies baroudeuses, cette C3 Aircross entend seulement corrompre les jeunes cadres dynamiques et les familles. Enterrant la C3 Picasso, cette C3 Aircross propose nombre d’équipements technologiques, comme la recharge par induction, l’affichage tête haute, l’alerte de franchissement de ligne, la reconnaissance des panneaux de signalisation…

5. Citroën C4 Cactus

Contrairement à la C3 Aircross, qui fait le choix d’un peu de flair plutôt que d’un sérieux affairé, la C4 Cactus vient de faire le mouvement inverse. Avec ce facelift, la C4 Cactus voit les bien connus Airbumps confisqués. Une décision plutôt surprenante qui semble dissoner avec tout ce que la si personnelle compacte met en avant. Bien entendu, Citroën avait une réponse toute prête, sous la forme d’un hashtag : #comfortisthenewcool.

En résumé, vous pouvez vous dire que la C4 Cactus faceliftée – devant également prendre la suite de la C4 « normale » – est devenue adulte. La sympathique Française dispose avant tout de la révolutionnaire suspension Progressive Hydraulic Cushions, qui sera également introduite sur la C5 Aircross. Toujours dans le cadre du programme Citroën Advanced Comfort, la C4 Cactus aurait droit aux sièges éponymes, bien plus confortables que ceux, souvent critiqués, du modèle sortant.

La C4 Cactus sera disponible dès mars, et pourra être équipée de moteurs diesel BlueHDi de 100 et 120 ch, aux côtés de moteurs 1.2 PureTech de 82, 110 et 130 ch.

4. Kia Stinger

Kia dévoile la Stinger au Salon de Bruxelles et espère séduire les amateurs de berlines de caractère grâce à un design plus que soigné et à une partie cycle des plus aboutie. La Stinger aux roues arrières motrices est dotée en série d’un différentiel à glissement limité, alors que la motorisation est confiée à un 2 litre turbo de 255 ch ou un V6 biturbo de 3,3 l développant 365 ch, toujours en combinaison avec une boîte automatique à huit rapports. En Europe, la belle sera également disponible en diesel, avec un 2.2 suralimenté développant 200 ch et 440 Nm. Equipée en série d’une boîte automatique à huit rapport, la Stinger proposera une transmission intégrale en plus de la propulsion de série.

3. Kia Stonic

Il va falloir compter sur cette nouveauté si l’on veut se faire une idée du paysage automobile belge dans les prochaines année, en particulier en catégorie SUV. La Stonic, une contraction de Speedy et Tonic (non, ce n’est pas une blague) est un SUV compact du segment B, partageant sa base avec la Rio et avec le SUV B récemment présenté, la Hyundai Kona. Pour se différencier de sa cousine, la Stonic compte sur le bien connu nez de tigre et une coiffe colorée disponible en cinq teintes. A l’intérieur, il souffle également un vent frais, emportant les mêmes éléments d’infodivertissement, de connectivité et de sécurité active. La Stonic proposera quatre motorisations. En essence, le 1,25 l de 85 ch accouplé à une boîte cinq manuelle et un 1,4 l de 100 ch. Au sommet de la gamme, on attende le 3 cylindres 1.0 de 120 ch accouplé à un eboîte manuelle à six vitesses (d’ici fin 2017 débarquera une automatique à double embrayage). La seule motorisation disponible en diesel est le 1.6 CRDi de 110 ch.

2. DS 7 Crossback

Ceux qui s’engouffreront, au cours des prochains jours, dans les palais du Salon de Bruxelles ne pourront pas passer à côté : la DS 7 Crossback, le porte-drapeau DS par excellence et, plus fort encore, la figure emblématique auto-déclarée de l’industrie automobile française. Le castard SUV symbolise ce que la pubère marque premium française entend représenter : un luxe raffiné, le savoir-faire français et un certain nez pour l’innovation. De la haute-couture aussi, si vous observez les habillages intérieurs des « Inspirations », selon le jargon DS : Bastille, Rivoli, Faubourg, Opéra et Performance Line. Par ailleurs, la DS 7 Crossback sait également comment aborder les choses en matière technologique, avec entre autres l’optionnel DS Connected Pilot, un système qui adapte la vitesse du véhicule au flux du trafic et maintient le véhicule sur sa voie de circulation. Tout aussi premium peut-être, la DS Active Scan Suspension, un dispositif qui peut lire les irrégularités de la route et y adapter l’amortissement sur base d’images récoltées par une caméra. Un saut quantique technologique qui était nécessaire, si DS veut faire sien les gâtés clients d’Audi et BMW…

C’est ainsi que cette DS 7 Crossback, comptant 4,57 mètres de long, repose sur la même plateforme EMP2 et reçoit les mêmes moteurs THP et BlueHdi que ses comparses. En attendant l’hybride E-Tense (planifiée pour 2019, ndlr), la DS 7 Crossback débarquera chez nous avec cinq motorisations : trois essence turbo (130, 180 ou 225 ch) et deux diesels (130 ou 180 ch). La majorité des versions seront accouplées en série (sauf le diesel d’entrée de gamme) à une nouvelle transmission automatique à huit rapports (EAT8).

1. Peugeot Instinct Concept

Hormis le facelift de la 308, il y a bien peu de choses à se mettre sous la dent chez le constructeur français. En matière de nouveautés en tous les cas ! Bien que l’Instinct ne voie jamais le jour en tant que telle, elle donne une indication de la direction que Peugeot pourrait adopter au cours des prochaines années, tant en matières de style que de technologies (autonomes).