Nous nous remettons à peine de cette dernière saison de WRC que la nouvelle frappe déjà à la porte. Ce soir, Thierry Neuville s’élancera officiellement pour sa saison de la vérité, après que Sébastien Ogier ait enregistré son cinquième titre mondial consécutif. Un titre de triple vice-champion a tout de même belle allure sur un palmarès, même si celui-ci compte une grande lacune. Une lacune qu’il sait pouvoir combler.

Qu’est-ce qui a changé dans l’entre-saison

Après de bons états de service chez Ford, Ott Tanak échange sa combinaison pour celle de Toyota, bien plus puissante financièrement. Après une première victoire en 2017, il entend véritablement se battre pour le titre. Une ambition identique pour Andreas Mikkelsen. Le Norvégien renvoyé en coulisse par Volkswagen fin 2016 a dû se contenter de second rôles chez Skoda, Citroën et Hyundai. Les Coréens étaient manifestement séduits par le rapide norvégien, tant et si bien qu’il lui faisaient signer un contrat de deux ans. Son amitié avec Thierry Neuville y a certainement joué un rôle. Last but not least, le nonuple champion du monde Sebastien Loeb fera son retour chez Citroën, pour trois rallyes seulrment : le Mexique, la Corse et l’Espagne.

Avec 9 couronnes de champion du monde sur sa cheminée, Sébastien Loeb a encore une petite faim de rallyes.

Nos favoris

Indépendamment de la traditionnelle chaise musicale, tous les regards vont bien sûr se tourner vers les deux pilotes qui ont animer la dernière saison, un duel de pilote constant entre Neuville et Ogier. Les bookmakers misent toutefois sur un troisième couteau, la lame Mikkelsen, qui dispose avec son i20 WRC de l’arme parfaite pour profiter des petites erreurs.

Sébastien Ogier

Pour :

– Quintuple champion en titre
– Monsieur imperturbable
– Numéro 1 chez Ford

Contre :

– Ford (M-Sport) n’est pas un team d’usine
– En 2017, n’a remporté que 22 chronos, contre 72 en 2016
– Absence d’équipier barrant la route aux points

Thierry Neuville

Pour :

– Le plus rapide du plateau
– Capable de l’emporter sur toutes les surfaces
– Equipiers de valeur

Contre :

– Erreurs lourdes
– La Hyundai i20 s’est montrée fragile en 2017
– Perd les pédales quand les résultats de suivent pas

Andreas Mikkelsen

Pour :

– Ultra-motivé en 2017
– A prouvé qu’il pouvait battre Ogier à armes égales
– La Hyundai i20 est la voiture la plus complète

Contre :

– Démontrer une pointe de vitesse sur la saison complète est délicat
– En 2017, seulement 6 des 13 rallyes à son actif
– Thierry Neuville est un adversaire redoutable

Et chez les constructeurs ?

Côté constructeurs, Citroën détient, avec Kris Meeke son seul pilote à l’année, ce qui implique que les Français fasse dores et déjà une croix sur le titre. Chez Ford, on compte sur Ogier, et Evans en bon second, alorsq ue la troisième voiture sera partagée entre différents pilotes. Par ailleurs, on s’interroge si Ford parviendra à confirmer les résultats exceptionnels de l’an dernier, où les bleus ont collectionné les bons coups.

Hyundai a fait de bonnes affaires cette hiver, en attirant Mikkelsen aux côtés de Neuville. Avec Paddon et Sordo, tous deux déçevants l’an dernier, les Coréens disposent de deux pilotes qui ont non seulement des choses à prouver, mais qui peuvent également faire barrage à la concurrence.

Toyota est le seul constructeur à avoir verrouillé les trois pilotes de ses voitures. Latvala, expérimenté et comptant plusieurs victoires à son actif, sera complété par Tanak, un pilote rapide qui a encore une marge de progression face à lui, mais qui devra peut-être s’acclimater chez son nouvel employeur. Enfin, la révélation de l’an dernier, Esapekka Lappi, l’un des futurs grands « Flying Fins ». Il le démontrait en Finlande en remportant son quatrième rallye ! Il ne lui manque plus que la consistence.

Foto’s: WRC.com