25 « nouvelles » Type D vont sortir de chez Jaguar

318

Après la réincarnation de la XKSS, la division Classic Works de Jaguar revient avec l’une des Jaguar les plus légendaires de l’histoire : la Type D des années ’50.

Lorsque la Type D a vu le jour au milieu des années ’50, Jaguar envisageait une production de 100 exemplaires. Malgré le succès instantané de la supersportive (la Type D remportait d’emblée trois victoires consécutives au Mans, ndlr) les chiffres de production ne dépassaient pas 75 unités, un déficit historique que les Britanniques veulent aujourd’hui compenser. La division Classic Works de Jaguar Land Rover dans le Warwickshire a enfin reçu pour mission de produire les 25 exemplaires restants. A la main, cela va de soi.

Continuation

Ce n’est pas la première fois que Jaguar se lance dans une telle opération. Pas plus tard que l’an dernier, Jaguar réalisait les 9 XKSS, basées sur la D-Type, parties en fumée dans l’incendie d’une usine en 1957. Chez les voisins d’Aston Martin aussi, on a  contracté le virus du Continuation, sur le précédent site de production de Newport Pagnell, 25 exemplaires de la légendaire DB4 GT sont également soigneusement construits.

Nez court ou long

Les clients qui veulent commander l’une de ces 25 Jaguar Type D, ont le choix de spécifications nez long ou nez court. Pour le reste, Jaguar conserve la main. Tant du côté mécanique que de celui de l’assemblage, les bolides doivent être des copies exactes de leur 75 illustres prédécesseurs. Seul le tarif ne sera pas celui des années 50. comptez d’emblée sur un chèque à 7 chiffres…