Pronostic F1 : les favoris pour le titre

1312

Ce week-end le plus fameux des cortèges de monoplaces prendra la route de Melbourne. Une nouvelle saison accompagnée des habituels remaniements réglementaires, même si les équipages sont semblables à ceux de l’an dernier…

Mercedes : la passe de 5 ?

Mercedes AMG F1

Mercedes, championne en titre, abordera la première manche du championnat avec quelques hésitations. Au cours des longs essais de Barcelona, les Allemands ont fait impression, même si les chronos n’étaient pas exactement au niveau. Ainsi, le meilleur de temps de Lewis Hamilton était plus lent d’une seconde que celui de Sebastian Vettel. A moins que Mercedes ne joue l’intox ?

Le Finlandais Valtteri Bottas, évoluant pour la seconde année consécutive pour la marque à l’étoile, indique qu’il n’est pas utile d’aller chercher les derniers carats du moteur W09 EQ Power+ lors des essais. On sent une bonne dose de confiance.

De manière assez surprenante, Mercedes voit Red Bull comme son concurrent majeur, et non Ferrari avec qui l’écurie allemande s’était battue l’an dernier. « Il y aura trois teams rapides cette saison et il n’y a aucun doute sur le fait que Red Bull soit le plus menaçant », déclarait-on chez les Silberpfeilen.

Ferrari : meilleurs temps

Est-ce que Ferrari sera à même de se battre à armes égales avec Mercedes cette année ? Les essais de Barcelone laissent en tout cas espérer le meilleur. Sebastian Vettel réalisait le meilleur chrono, tout en tempérant les résultats : « Je pense qu’il est erroné de tirer des conclusions de ces feuilles de temps. Les semaines d’essais ont d’autres objectifs que de réaliser des chronos. Par ailleurs, nous devons faire encore bien des découvertes par rapport à la manière dont la voiture se comporte. »

Et les choses deviennent sérieuses pour la Scuderia. Depuis 2007, déjà, Maranello court après le titre. Et ça commence à faire long ! D’autant plus que la F1 n’évolue pas exactement comme les Italiens le voudraient. L’Ex patron de la F1, Bernie Ecclestone, jamais avare de propos controversés, assure que l’écurie italienne planifie la mise sur pied d’un championnat alternatif : “Ferrari a déjà mené des discussions à ce sujet », raconte à qui veut l’entendre le Britannique de 87 ans .« Si le championnat n’évolue pas dans le sens espéré par Ferrari, il y a de grandes chances que le team claque la porte. »

Red Bull : l’année de Max ?

Red Bull F1

Au cours de la saison dernière Red Bull était la seule équipe à pouvoir entraver la route des équipes de tête. A l’exception de Max Verstappen (2) et Daniel Ricciardo (1), la plus haute marche du podium se réservait peu ou prou à Ferrari et Mercedes. Les essais hivernaux laissent escompter que le taureau rouge est paré pour générer un peu de rififi dans le peloton.

Aérodynamiquement, le team a fait un bond en avant grâce au designer de marque qu’est Adrian Newey. Les médias spécialisés indiquent d’ailleurs que Red Bull a bien réfléchi à la problématique du halo. Celui-ci génère beaucoup de turbulence dans l’écoulement de l’air vers l’admission du moteur, avec les effets préjudiciable que ceci implique au niveau de la puissance moteur. Un problème que seule Red Bul semble avoir résolu en hissant la partie arrière de sa monoplace vers le haut.


Quant à savoir si ceci sera suffisant pour viser le titre, la question demeure ouverte. Red Bull est toujours à la recherche de la puissance pure dont Ferrari, et surtout Mercedes, peuvent profiter. Et selon Max Verstappen, ce sont les raisons pour lesquelles le team n’a pas eu voix au chapitre l’an dernier. « Si on installe un moteur Mercedes à l’arrière de notre voiture, je crois qu’ils ne nous verront plus », déclarait, sûr de lui, le Belgo-néerlandais.

McLaren : et Stoffel ?

Un MESSAGE PARTAGE PAR McLaren (@mclaren) LE

Nous suivrons bien entendu les prestations de McLaren de près cette année ! Notre compatriote Stoffel Vandoorne prendra ce week-end le départ de sa deuxième saison complète en F1 aux côtés du double champion du monde Fernando Alonso. Et les Britannique entendent bien réaliser une forte progression cette année, entre autres grâce à un nouveau moteur.

En 2018, le team de Stoffel Vandoorne se présentera au départ avec un bloc signé Renault, un moteur qui doit assurer à McLaren les succès d’une époque bien trop lointaine. Les premiers essais paraissaient prometteurs… même s’ils se terminaient en mode mineur à Barcelone pour Vandoorne & co.

L’écurie de Woking semblait d’emblée avoir quelques difficultés technologiques, avec un moteur Renault qui ne se montrait pas aussi fiable qu’attendu. Les Britanniques ne parvenaient pas à assurer le refroidissement du moteur, malgré la température modérée de Barcelone (± 16°), ce qui génère bien des craintes à l’égard des fournaises de l’Australie, de Bahreïn ou du Mexique. McLaren est encore en plein développement de la partie arrière de ses bolides et espère avoir mis un point final à ses devoirs d’ici le GP d’Australie. Si cela fonctionne, le team pourrait avoir une belle saison devant lui, Vandoorne et Alonso étant parvenus à rentrer régulièrement dans le top 5 des essais hivernaux.