Avec le passage de Daniel Ricciardo chez Renault, le premier baquet libre de la saison prochaine est déjà rempli. Un surprenant changement de crèmerie qui lancera peut-être un saisissant jeu de chaises musicale dans le grand circuit de la F1. Et les conséquences pour Stoffel Vandoorne pourraient être importantes.

Sur les circuits, le temps de la pause estivale est arrivé. Mais en coulisse, la F1 bouillonne. Les patrons d’écurie se retournent les méninges pour savoir à qui confier leurs baquets en 2019. Ce puzzle, dont Stoffel Vandoorne devrait faire partie, ils aimeraient tous l’avoir terminé d’ici le 26 août, date du Grand Prix de Belgique.

Comme vous avez pu le lire ici la semaine dernière, la position de notre équipier Stoffel Vandoorne chez McLaren est en balance. Malgré son contrat toujours en cours, notre compatriote pourrait être congédié par l’écurie britannique. Voici, en détails les opportunités du team et celles de Stoffel :

La piste Sainz


Maintenant que Daniel Ricciardo quitte pour Renault, l’espagnol Carlos Sainz recherche un nouveau team. Compte tenu du fait qu’il est lié à Red Bull, un passage vers l’écurie du même nom semble des plus logiques. A voir, car Sainz a déjà eu quelques accrocs avec l’autre pilote Red Bull, Max Verstappen, car Red Bull serait également intéressé par le pilote Torro Rosso Pierre Gasly (ayant déjà une expérience du moteur Honda qui équipera le team l’an prochain), car Sainz est dans les petits papiers de … McLaren. Le team voudrait convaincre Fernando Alonso de rester une année de plus en F1 grâce à l’arrivée de son compatriote.

La piste Norris

Another solid morning of pushing pedals in the @mclaren ⛱ #mclaren#f1

Een bericht gedeeld door Lando Norris (@landonorris) op

Deuxième concurrent pour Stoffel, le britannique Lando Norris, également issu du McLaren Young Drivers Program et aujourd’hui pilote d’essai pour l’écurie. Contrairement à Norris, Stoffel a l’avantage de connaître la voiture. Par ailleurs, le jeune britannique n’est actuellement que second du championnat Formule 2, antichambre de la F1, et connaît, selon ses propres dires, la pire de ses saisons.

La piste Alonso

La chance que son équipier, Fernando Alonso quitte McLaren, est réelle. Alonso en a marre des problèmes que rencontre le team britannique. Selon certaines sources, il ne serait pas intéressé par le baquet libre chez Red Bull, mais sous-pèserait plutôt un transfert en Indycar. Alonso aimerait d’emblée y remporter la fameuse épreuve des Indy500 et ainsi s’adjuger la mythique « triple crown » (victoire au GP de F1 de Monaco, aux 24 H du Mans et aux 500 Miles d’Indianapolis). Le départ d’Alonso Stoffel ferait également augmenter les chances de Stoffel. Il semble en effet peu probable qu’un team dans l’embarras tel que McLaren aborde la saison prochaine sans disposer d’un pilote qui connaît la voiture (et ses lacunes).

Partir de chez McLaren ?

Sous quelles couleurs pourrait rouler notre compatriote si l’histoire McLaren se terminait pour lui ? La meilleure option semble être Sauber. Son patron, Frédéric Vasseur, est un grand fan de Stoffel. Ils ont travaillé ensemble au sein du team ART en GP2 et a souvent laissé entendre que Stoffel était le pilote le plus talentueux que son team ait compté.
Mais avant que Stoffel coiffe un casque Sauber, il faut faire place pour lui. Charles Leclerc pourrait passer chez Ferrari, alors que Sebastian Vettel aimerait que Kimi Raikkonen poursuive au sein du team italien. Le finlandais endosserait bien plus facilement la combinaison de second pilote que ce jeune loup de Leclerc. Le baquet de Marcus Ericsson, alors ? Intrinsèquement, Stoffel est plus rapide que le Suédois, mais celui-ci emmène avec lui des millions en sponsoring, ce qui n’est pas négligeable pour un team naissant tel que Sauber.

Les autres possibilités paraissent bien moins favorables à Stoffel. Si Gasly glisse de chez Torro Rosso à chez Red Bull, il devrait être remplacé par un autre jeune protégé du team Red Bull. Quant aux places chez Force India, elle dépendront logiquement du futur acheteur du team. Si Lawrence Stroll signe, il mettra son fils Lance au volant, dégageant ainsi une ouverture au cœur de son team actuel, Williams. Il semble par ailleurs que ce team rencontre quelques difficultés financières et se tournerait plus volontiers vers un pilote payant plutôt que vers les qualités intrinsèques de notre compatriote. Les options pour Stoffel semblent donc plutôt limitées. Si les dés tombent de travers, il y a même un risque qu’il fasse face à la porte de sortie de la discipline reine du sport automobile. Espérons que ce scénario demeure un oracle pessimiste.