Mercedes-Benz a donné hier en Suède, à Stockholm plus précisément, le départ de sa grande offensive électrique. Avec la EQC 400 4MATIC, Stuttgart fait une colossale démonstration de force.

Mercedes-Benz n’a pas été avare de mots élogieux lors de la présentation de son EQC. Logique, car le SUV électrique compte également en tant que pionner d’une gamme électrique au grand complet. Das Haus n’évoque pas simplement un SUV électrique, c’est bien trop banal, mais plutôt du modèle qui va paver la voie d’une « électro-esthétique avant-gardiste ». Nous n’aurions pas pu l’exprimer avec plus de verve, tout simplement car nous sommes plus intéressés par ce qui se cache sous ce design.

Cet EQC de 4,76 mètres de long s’installe, si on prend pour référence la gamme classique de Mercedes, entre l’actuel GLC (4,65 m) et la GLE (4,80 m). Contrairement à ses comparses thermiques, l’EQC compte sur deux moteurs électriques et sur une batterie de 80 kWh, assurant une autonomie certifiée WLTP de 400 km. L’EQC devra ensuite être raccordé au réseau électrique, durant 40 minutes seulement, en cas d’usage du réseau Ionity, pour rehausser le niveau de charge de 10 à 80 %.

La puissance du duo de blocs électrique atteint la respectable valeur de 408 ch et 765 Nm, logiquement distribués aux quatre roues. Pour accroitre le dynamisme de conduite, les deux moteurs ont été configurés différemment. Celui de l’avant a été optimalisé pour une efficience aussi importante que possible, alors que le bloc arrière donne la priorité à un comportement typé propulsion. Sur papier, Mercedes-Benz annonce un sprint de 0 à 100 km/h en 5,1 secondes seulement (pour un SUV de 2,5 T), la vitesse de pointe étant limitée, pour d’évidentes raisons de rayon d’action, à 180 km/h.

MBUX

Tout comme la récente Classe A, la EQC a droit à l’écran géant et son interface MBUX, grâce auquel vous pourrez reporter désirs et besoins sur les épaules à votre assistant personnel, à la manière d’un Siri. Le système MBUX a été élargi pour accueillir des fonctions spécifiques EQ permettant de garder un œil sur l’autonomie, le niveau de charge et les échanges de flux électriques. Via MBUX, le système de navigation, les modes de conduite, la recharge et les heures de départ peuvent également être introduits. Grâce à l’app’ Mercedes me-app, le chauffage peut également être enclenché pro-activement, via un système de pompe à chaleur et un booster de température électrique.

La Mercedes-Benz EQC quittera les chaines de production allemandes de Brême dès l’an prochain. Il est toutefois question de devoir patienter jusqu’à l’été prochain avant de voir les premiers SUV électriques Mercedes rejoindre les routes d’Europe. Nous devons donc nous oublier le chapitre tarif, un détail qui importe pourtant dans la carrière de ces véhicules innovants, comme ce sera également le cas pour les Jaguar I-Pace, de BMW iX3 et Audi e-tron…