#balancetongaragiste

403

Il y a en ce bas monde des habitudes qui laissent toujours un goût doux-amer, qui offrent un peu de plaisir coupable. De ces traditions que l’on reproduit sans songer à leurs implications, avec un peu d’ironie et de désinvolture. C’est le cas de la blague foireuse de tonton Michel, d’un copieux menu de fast-food aux vertus plus psychologiques que nutritives, ou encore du calendrier qui décore le mur d’un garage. Oui, celui qui effeuille de charmantes dames dont le profil se reflète dans celui de belles carrosseries.

Parfois, ces calendriers, bien moins courus pour leur côté pratique que pour leur potentiel suggestif, sont de véritables chefs d’œuvres. Travail sur la lumière, composition, naturel du modèle, symbolisme, offrent à ces douzaines de pages une élégance que l’on s’arrache. C’est bien entendu le cas du calendrier Pirelli, dont nous vous parlons régulièrement.

Et puis, parfois, ça part en quenouille ! Avec des expositions caricaturales, une bonne louche de vulgarité et une allure datée. Nous sommes tombés par le plus grand des hasard sur ce calendrier de Liqui Moly, une société allemande spécialisée dans les huiles, les lubrifiants et les additifs, aujourd’hui intégrée au géant Würth. Par chance, le raffinement des produits commercialisés par la marque est inversement proportionnel à celui de ses calendriers…

Heu, Monsieur Moly ! A l’heure de #balancetonporc, vous ne vous en tiendriez pas à votre core business ? Vous vous en sortez plutôt bien d’ailleurs…