15 % des Belges roulent plus de deux heures par jour

177

Le Belge sacrifie de plus en plus de son temps libre pour ses déplacements professionnels, apparaît-il d’une enquête de SD Worx. Et cependant… la plus grande partie des navetteurs n’est pas prête à aller travailler à plus courte distance de son domicile.

En moyenne, nous consacrons plus de quarante minutes par trajet (aller). Ce qui fait 1h20 aller-retour. Il y a également davantage de Belges qui parcourent plus de 40 km par jour. Depuis 2010, ce pourcentage est passé de 28,3 % à 33,5 %, ce qui représente un tiers des Belges. Il s’agit des conclusions étonnantes du sondage annuel de SD Worx auprès de 2.500 travailleurs en Belgique. Un vélo électrique peut-il être la solution ? Il permet également de parcourir de plus grandes distances domicile – lieu de travail. Ce sont les travailleurs des entreprises flamandes qui reçoivent le plus souvent une indemnité vélo pour leur trajet domicile – lieu de travail.
  • En moyenne, le temps de trajet moyen en Belgique est de 1h20 min par jour ;
  • 15 % des Belges y passent même 2h ou plus ;
  • Un tiers des Belges parcourt plus de 40 km par jour ;
  • Sur les personnes qui ont un temps de trajet quotidien supérieur à 1,5h, presque 10 % affirment rechercher un autre travail.
  • « Avec le vélo (électrique), vous seriez déjà arrivé » : les indemnités vélo sont avantageuses (et populaires en Flandre).

Malgré la croissance du temps passé dans les embouteillages, le seuil de passage à un autre emploi demeure particulièrement élevé. « Nous constatons un lien avec l’intention de trouver un autre travail, mais uniquement si le temps de trajet dépasse les 90 minutes. Les travailleurs qui passent chaque jour une heure et demie ou plus sur la route recherchent plus activement un autre employeur. Dans cette catégorie, le pourcentage de travailleurs qui recherchent activement un autre emploi s’élève à 8 %. Ceux qui passent moins de temps sur la route sont à moitié moins actifs dans leur recherche. »