Hispano-Suiza est un nom qui ne dit pas grand-chose aux jeunes générations, mais avant la deuxième guerre mondiale, la marque produisait, à l’instar de Bugatti, Maybach ou Rolls-Royce, certaines des automobiles les plus prestigieuses du monde. La famille Suqué Mateu, qui possède la marque depuis quatre générations, s’apprête à relancer la production d’une super-sportive électrique. Débuts annoncés au Salon de Genève 2019.

Hispano-Suiza, c’était la voiture des stars, à commencer par le roi d’Espagne Alfonso XII. Son double patronyme fait référence à l’Espagne, où la société est créée en 1904, et à la Suisse, pays d’origine de l’ingénieur Marc Birkigt qui concevait les voitures. Mais c’est en France que la plupart des voitures Hispano-Suiza ont été construites jusqu’en 1936. Parallèlement, la société continuait à fabriquer des camions (devenus Pegaso après la guerre) et des moteurs d’avion. Cette branche d’activité est aujourd’hui intégrée au groupe Safran, et le nom Hispano-Suiza a officiellement disparu en 2016. C’est peut-être la raison qui pousse la famille Suqué Mateu à relancer la production d’automobiles de grand luxe. Il y a 18 ans, une première tentative avait déjà eu lieu au Salon de Genève, mais la HS21 (une super-sportive) n’avait pas connu de lendemains.

Il en ira peut-être autrement avec le modèle 2019 qui sera, signe des temps, 100 % électrique. En attendant le Salon de Genève en mars prochain, il faudra se contenter de ce teasing…