Mitsubishi L200 (2019) : têtue japonaise

592

La Mitsubishi L200 souffle cette année ses 40 bougies. L’occasion idéale pour un facelift de milieu de carrière qui doit apporter à la bête de somme un peu plus de manières.

Incapable de faire face aux constructeurs européens dans les segments traditionnels Mitsubishi compte sur l’expérience de ses véritables 4×4 et pickups pour faire tourner la boutique. Avec un objectif de 180.000 au travers des 150 pays de commercialisation, le L200 renouvelé va avoir fort à faire.

A l’extérieur, la nouvelle L200 adopte le langage Dynamic Shield, dont le nez bénéficie le plus, comme l’avaient évoqué les derniers concepts qu’étaient les e-Volution en GT-Phev. Arches de roues plus larges et flancs plus musclés la distinguent de celle qui l’a précédé et de la Fiat Fullback techniquement comparable.

L’actuel moteur 2.4 diesel maison ne satisfaisant plus aux normes Euro 6d-TEMP, Mitsubishi fait la grimace et garde le silence sur la mécanique prévue. Son introduction en Europe étant prévue pour la mi-2019, les Japonais ont encore un peu de temps pour trouver une solution.

Nouvelles technologies
La L200 adopte bien entendu des technologies destinées à la moderniser, parmi lesquelles l’avertisseur d’angles morts, l’avertisseur de trafic transversal arrière, la caméra à 360° avec avertisseur. On note également d’une boîte auto à six rapports remplacent la boîte auto à cinq rapports, de plus grands disques de freins et une suspension arrière légèrement modifiée, dont les plus gros amortisseurs doivent hisser le confort de ce châssis-échelle à un niveau plus proche de celui de l’automobile conventionnelle.