Live in Bruxelles : les utilitaires à ne pas louper

168

Vous êtes nombreux à ne suivre que de loin, voire à ne pas suivre du tout le secteur des véhicules utilitaires légers. Oubliez les petits engins tout blancs, inconfortables, apathiques et rudimentaires. Le secteur a bien changé et est peut-être même en train de passer la sixième, comme le démontrent certains concepts.

De par les accords stratégiques entre constructeurs, de par les possibilités technologiques offertes par les derniers développements des plateformes pour utilitaires, de par la démocratisation de certaines technologies, on trouve aujourd’hui sur le marché, des engins presque aussi confortables que les voitures, agrément sonore en moins, position de conduite en plus.

Nous vous faisons grâce des détails, des capacités sans limites et de la multitude des variantes disponibles de chacun de ces engins, mais revenons sur les grandes tendances de ce Salon de Bruxelles.

  1. L’Ecole des fans

A en juger par les stickers apposé sur les capots et portières coulissantes, le visiteur a l’impression que chacun des constructeur présents à Bruxelles fut le plus populaire au cours des derniers mois, tantôt en Europe, tantôt en Belgique, tantôt dans telle catégorie, tantôt par modèle, tantôt par marque… Jacques Martin n’aurait pas fait mieux ! L’important est que tout le monde gagne.

  1. L’électrification

Peut-être plus encore que l’automobile, le secteur du véhicule utilitaire léger est concerné par le syndrome électrique car, pour ce que l’on appelle, les livraisons finales, les derniers kilomètres parcourus, certaines villes imposeront prochainement des véhicules EV. Du coup, des constructeurs tels que Mercedes (e-Vito), Volkswagen (voir-cidessous), Ford (chassis d’un Transit Plug-in Hybrid) essaient de rattraper Renault et Nissan qui ont déjà fait leurs armes en la matière, avec les Kangoo Z.E. et e-NV200

  1. Vision d’avenir

Avec l’augmentation de la vente en ligne, le nombre de véhicule utilitaire en circulation ne peut que croître. Raison pour laquelle, dans les bureaux d’études on se creuse la tête pour mettre au point le véhicule électrique, autonome et polyvalent parfait, comme le démontrent ici Renault et Mercedes.

  1. Les cousins

La famille PSA s’étant récemment élargie d’Opel et de Toyota en ce qui concerne les utilitaires, on est heureux d’apprendre que le secteur des utilitaires n’est pas concerné par les problèmes de consanguinité. On vous propose un petit défi ! Voici les noms des modèles concernés, attribuez leur les marques correspondantes : Partner, Berlingo, Combo, Jumpy, Jumper, Vivaro, Movano, Boxer, ProAce, Expert. Bonne chance !

  1. L’alternatif

Reste encore nos amis de chez Fiat, qui se font une force de proposer, depuis bien longtemps déjà une version au CNG (Gaz Naturel Compressé) du petit utilitaire Doblo, précédemment construit sur base de l’Opel Combo. Vous suivez toujours ? Peu importe. Ce que vous devez savoir, est que cette motorisation est certainement la mécanique la plus propre aujourd’hui disponible sur le marché des utilitaires.

  1. Sur trois roues

Pas question de commencer à faire zozo avec des utilitaires. Mais sur un stand qu’elle vous massivement à son électrification, la division Commercial Véhicles de Volkswagen dévoile, outre les version électrifiées de la Caravelle et du Caddy par ABT, outre le e-Crafter, la marque allemande présente un véhicule de livraison entièrement électrique à taille ultra-réduite.

7. En Corée aussi

C’est l’une des nouveautés de ce Salon en catégorie utilitaire : le Hyundai H1. Un engin méconnu, profondément remis à jour et souvent mis en évidence pour ses qualités routières.

8. L’Hommage

Nous terminons avec un clin d’oeil, celui que Citroën adresse à la mythique H1, l’un de ces antiques utilitaires qui a créé le genre. Aux propriétaires de food trucks & Co, elle est commercialisée !