Honda craint un brexit dur, et prend des précautions

180

Les inconnues douanières entourant le brexit portent à conséquences au Royaume-Uni. Non seulement les constructeurs britanniques prennent la fuite, mais les marques étrangères, telles Honda, disposant de sites de production sur place prennent des mesures drastiques.

Actuellement, personne ne sait exactement ce qui va se produire début avril, après que les Britanniques aient rendu leur carte de membre du marché commun. Dans l’incertitude – et surtout la crainte – de nombreuses entreprises de tous les secteurs ont d’ores et déjà choisi leur stratégie : la fuite ! Pour celles dont les relations commerciales avec la zone EU sont essentielles, comme Jaguar-Land Rover qui a établi une partie sa production en Slovaquie, ou Nissan qui a annoncé que le X-Trail serait plus volontiers construit en terres japonaises qu’à Sunderland, ce type de mesure est inévitable.

Provisionner

L’usine Honda de Swindon est également concernée. Elle produit les versions européennes des Civic et risque de se réveiller le 30 mars avec une solide gueule de bois. Honda a fait savoir qu’elle mettrait ses lignes de productions à l’arrêt six jours durant, pour éviter des cauchemars logistiques à la douane et pour mettre en place une nouvelle stratégie d’approvisionnement de l’usine. Les Japonais sont d’ailleurs en train de se constituer un stock de guerre auprès de leurs fournisseurs afin d’éviter les engorgements annoncés aux douanes. Selon Honda, les exportations vers le continent européen ne devraient pas être compromises.