WRC Suède : pourquoi un second début de championnat ?

235

Cette seconde manche du WRC, le World Rally Car Championship, a pris une tournure que l’on attendait pas et qui se présente comme un deuxième départ après l’épreuve monégasque du mois dernier. Voici pourquoi !

Nous en avons tous fait le constat en fin d’année dernière, chaque point compte en WRC. Et si la saison est encore longue (12 épreuves), quelques unités peuvent faire la différence. Avec le résultat de ce week-end, les cartes sont complètement rebattues dans le trio de tête.

Match à trois en 2019 ?

Ogier-Neuville-Tanak. Ce sont les trois hommes qu’il faudra surveiller au cours de cette saison et qui s’illustraient, dans cet ordre, lors du Rallye WRC de Monte Carlo. Les conditions étaient à nouveau délicates sur les terres du WRC Suédois, avec des températures jouant au yoyo avec le thermomètre, provoquant d’importants changements de conditions de route, de la glace au gravier, en passant par la neige, le fameux « slush » et les redoutables ornières. Ils sont nombreux à être allés à la faute, Ogier(Citroën) le premier. Leader du championnat après Monaco, il n’a marqué que deux points en Suède grâce à un bon chrono en Super Rally dans la Powerstage dominicale.

Tanak est passé en force ce week-end, tirant parti de la base d’essai permanente de l’équipe Toyota, maitrisant son sujet et ses adversaires. Après sa troisième place à Monaco, cette victoire en Suède le place en leader du championnat du monde des rallyes, avec un total de 47 points.

Notre compatriote, Thierry Neuville, pourtant en bonne forme subissait un peu sa position d’ouvreur de la route suite à l’abandon d’Ogier. Thierry et Nicolas commettaient quelques erreurs, dont l’une dont il se sort bien (voir vidéo), qui les ralentissaient jusqu’à la septième place, avant qu’un solide rythme et quelques faits de course ne lui permettent de remonter en troisième position. Après sa deuxième place sur le rocher, il cumule 40 points, soit neuf de plus qu’Ogier.

Les outsiders

Comme de coutume sur un Rallye aussi typé, quelques équipages nordiques se sont illustrés. C’est le cas de Lappi (Citroën C3) qui sauve les meubles chez Citroën et parvenient à s’adjuger la deuxième marche du podium. Teemu Suninen (Ford Fiesta) a également montré qu’il faisait partie des valeurs montantes du championnat, comme un impressionnant Jari Huttunen (Skoda Fabia), un jeune Finlandais engagé en catégorie R5 (anti-chambre du WRC), qui est parvenu à enregistrer un meilleur temps au général !

Les perspectives pour le WRC 2019

Avec deux podiums en deux courses, notre quadruple vice-champion du monde WRC national n’a jamais si bien commencé sa saison ! Douze manches restent encore à parcourir et nul doute que son adversaire sur le papier Sébastien Ogier saura tirer les bénéfices de son abandon au Mexique, à savoir une meilleur position sur la route lors de cette prochaine manche, le Mexique. C’est sans compter sur un Ott Tanak, dont le passage chez Toyota semble avoir déployé les ailes.

Côté constructeurs, il semble bien Hyundai ait fait les bons choix en composant ses équipages, l’arrivée de Loeb, les performances plus régulières de Mikkelsen, permettant à l’écurie coréenne de ne compter qu’un point de retard (47) sur l’homogène équipe Toyota (48).