Audi SQ5 TDi : encore plus fort

882

Contrairement à certains de ses concurrents, Audi maintient sa confiance dans le SUV sportif à moteur diesel, à la force agricole et à l’autonomie ferroviaire.

Pour jouer dans la cour des grands parmi les SUV sportifs, il faut de nos jours miser sur un puissant moteur essence suralimenté, voire même sur une combinaison avec une assistance électrique. Et si ce type de configuration a un sens en regard des du dieselbahsing ambiant, voir des prescriptions du WLTP, l’alternative du diesel demeure parmi les plus crédibles en usage quotidien, pour le couple à bas régime et sa relative sobriété sur long trajets !

C’est ainsi qu’Audi accouchera au Salon de Genève de sa seconde génération du SQ5. Comme par le passé, sa configuration technique demeure marquée par son gros V6 3.0 TDI de trois litres, agrémenté d’un système mild-hybrid à 48 V et d’un e-booster, un dispositif alimenté électriquement qui force la mise en rotation du turbo et évite le fameux turbo-lag, en dopant la pression jusqu’à 1,4 bars dans cette zone creuse. Plus efficace qu’un turbo a géométrie variable, ce dispositif lance la cavalerie dès 1.650 t/min pour culminer à 700 Nm de 2.500 à 3.100 t/min. Quant à la puissance, elle est annoncée à 347 ch.

Uniquement disponible avec la boîte automatique à huit rapports, la SQ5 compte sur une transmission Quattro répartissant la puissance selon un ratio 60/40 mais pouvant s’étirer de 70/30 à 15/85 en fonction des conditions d’adhérence. Elle serait capable d’abattre le 0 à 100 en 5,1 secondes, pour des valeurs normalisées NEDC de 6,6 l/100 km et 172 g de CO2.

Bien entendu, Audi a également donné quelques coups de clefs ailleurs que sous le capot, avec une garde au sol réduite de 30 mm, les amortisseurs actifs, les différentiels à vectorisation du couple, des étriers à six pistons devant, quatre pistons derrière et des disques de 375 mm à l’avant. On notera encore un jeu de jantes de 20 pouces, ainsi qu’un discret ensemble esthétique plus sportif. A l’intérieur, l’Audi SQ5 se distingue avant tout par l’arrivée de sièges garnis d’Alcantara.

[wpml_language language="nl"] [/wpml_language]